Canada
URL courte
Par
51913
S'abonner

Au Québec, les mesures sanitaires continuent de diviser la population. Un recours vient d’être initié contre le gouvernement Legault par un groupe d’entrepreneurs visant à mettre fin à l’état d’urgence sanitaire. Une action justifiée malgré la multiplication des cas d’infection? Entrevue avec Benoit Girouard, porte-parole du groupe rebelle.

Un nouveau clivage politique est peut-être en train de voir le jour dans la Belle Province. Bien que 49% des Québécois appuient toujours le gouvernement Legault selon un récent sondage, des citoyens continuent de manifester leur mécontentement face à la gestion de la crise sanitaire. 

Le mouvement d’opposition poursuit sa lancée 

Le 20 décembre dernier, une nouvelle manifestation contre les politiques sanitaires du gouvernement a rassemblé au moins 2.000 personnes à Montréal, au grand désarroi de nombreux internautes favorables aux consignes. Plusieurs manifestants ont fait part de leur opposition à la vaccination obligatoire, sans qu’elle n’ait pour autant été annoncée par le gouvernement. 269 constats d’infraction de 1.546 dollars (990 euros) ont été distribués par les policiers aux participants qui refusaient de porter un masque ou de respecter la distanciation sociale. 

​Si la plupart des opposants aux mesures se contentent de manifester, d’autres s’organisent de manière beaucoup plus formelle. C’est le cas des Entrepreneurs en Action du Québec, un nouveau regroupement d’entrepreneurs ayant déposé une demande en justice «visant notamment à obtenir la nullité des décrets déclarant l’urgence sanitaire». La procédure cherche à démontrer que les mesures sont inconstitutionnelles. La demande a toutefois déjà été rejetée par les avocats du gouvernement. Cela imposera la tenue d’un procès devant la Cour supérieure du Québec. 

«Depuis le mois de mars dernier, les Québécois subissent, à différents degrés, des atteintes à leur santé physique et mentale provenant non pas d’un virus, mais de décisions politiques», peut-on lire dans le communiqué du groupe.

Interrogé par Sputnik, le porte-parole des Entrepreneurs en Action du Québec, Benoit Girouard, précise qu’il s’agit avant tout de montrer que les dommages collatéraux engendrés par les mesures sanitaires sont pires que les effets du virus lui-même. Ses amis et lui y voient une atteinte aux droits des citoyens. 

«Improvisation» et «effet domino»  

Lui-même actionnaire d’un gymnase dont la survie est loin d’être acquise, Benoit Girouard estime que c’est en 2021 que les premiers effets de «l’hécatombe économique» engendrée par les mesures pourront être mesurés. Contraint de fermer dès le  début de la crise, son établissement a perdu plusieurs dizaines de milliers de dollars en quelques semaines. L’entrepreneur craint un «effet domino» au sein de l’économie. Il dénonce ce qu’il considère comme «de l’improvisation» de la part du gouvernement:

«Les PME sont des écosystèmes fragiles. Quand Legault décide de fermer les restaurants, il pense qu’il ferme seulement les restaurants. Mais, en réalité, il prive par exemple les producteurs laitiers d’une grande partie de leurs quotas. [...] Je ne compte plus les petits entrepreneurs, comme des coiffeuses, qui me disent avoir perdu 50% de leurs revenus», déplore-t-il à notre micro.

Benoit Girouard espère que le recours de son groupe servira au moins à «établir certaines balises» si une pandémie devait à nouveau frapper le Québec:

«Nous posons les questions que tous les entrepreneurs se posent au Québec. La prochaine fois que ça arrive [l’état d’urgence sanitaire, ndlr], les entrepreneurs aimeraient savoir à quoi s’attendre avant de s’entêter à continuer de gérer des entreprises qui ne peuvent plus être rentables. [...] Notre recours est un exercice nécessaire, car il faut s’assurer de l’équilibre des droits. Il y a une volonté d’aller jusqu’au bout», souligne-t-il. 

Ex-président de l’Union paysanne, une importante association agricole au Québec, Benoit Girouard observe également que la fermeture des commerces nuit à l’économie locale, au profit des grands acteurs internationaux comme Amazon. Une situation qu’il juge déplorable, d’autant plus que le gouvernement Legault s’était engagé à encourager l’achat local et, de manière générale, à renforcer le nationalisme économique au Québec

«L’industrie du commerce au détail est gravement touchée. Même les gens favorables à l’achat local doivent se tourner vers l’achat en ligne sur Amazon! [...] Les pertes financières des entreprises sont aussi des pertes financières immenses pour l’État. L’amateurisme du gouvernement Legault a été stupéfiant», tranche l’entrepreneur.

Le dépôt de la demande en justice survient alors que les nouveaux cas d’infection ne cessent d’augmenter selon les données fournies par la Santé publique. Une réalité qui ne change rien à la valeur du recours, assure Benoit Girouard, pour qui les dommages économiques restent disproportionnés par rapport aux objectifs de l’exécutif provincial. 

Le 23 décembre 2020, pour l’ensemble du Québec, un peu moins de 8.000 personnes étaient décédées de complications dues au Covid-19, pour une population de 8,5 millions d’habitants.

Lire aussi:

Trois roquettes tirées depuis le Liban en direction d'Israël
Erdogan veut donner «une leçon forte et dissuasive» à Israël
Mère immolée à Mérignac: le garde des Sceaux hué au Sénat
Tags:
Covid-19, économie, Québec, Canada
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook