Ecoutez Radio Sputnik
    Caricatures

    80 km/h: marche arrière toute pour le gouvernement!

    Caricatures
    URL courte
    Bruno Marty
    691

    La limitation de 80 km/h à la carte? C’est en substance ce qu’a laissé entendre Édouard Philippe. Le Premier ministre a expliqué qu’il ne voyait «aucun inconvénient» à laisser la capacité aux présidents de conseil départemental de ne pas l’appliquer. Bruno Marty, caricaturiste pour Sputnik, s’est amusé de cette marche arrière de l’exécutif.

    80 km/h: marche arrière toute pour le gouvernement!

    Mesure très contestée par les automobilistes, les motards ainsi que les élus des territoires ruraux, l’application d’une limitation à 80 km/h sur les routes secondaires, à double sens sans séparateur central, a suscité un réel mécontentent. Avant son entrée en vigueur, de nombreux élus ont remis en cause la légitimité du pouvoir central à imposer une norme uniforme sans véritable concertation.

    Si, selon certains spécialistes, cette limitation pourrait sauver 400 vies chaque année, elle a pourtant du plomb dans l’aile. En effet, dans une interview à France info, ce jeudi 16 mai, Édouard Philippe semble infléchir sa position sur celle-ci en laissant le choix aux présidents de conseil départemental de l’appliquer ou non.

    «Si les présidents de conseil départemental souhaitent prendre leurs responsabilités, je n’y vois aucun inconvénient», a déclaré le Premier ministre.

    Cette caricature n’engage que la responsabilité du dessinateur.

    Lire aussi:

    Un «nouveau» véhicule de la police française filmé de l'intérieur... son état se passe de mots (vidéo)
    L'Iran promet de ne pas se rendre même sous les bombes
    La France veut déployer un système de défense antiaérienne en Turquie en plein conflit autour des S-400
    Tags:
    automobile, véhicule, automobiliste, vitesse, Édouard Philippe
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik

    Plus de caricatures

    • Européennes: Emmanuel Macron s’investit (un peu trop) dans la campagne LREM
      Dernière mise à jour: 14:48 24.05.2019
      14:48 24.05.2019

      Européennes: Emmanuel Macron s’investit (un peu trop) dans la campagne LREM

      par Bruno Marty

      Le chef de l’État souhaite-t-il transformer les journalistes en attachés de presse du gouvernement? On pourrait se poser la question suite à la demande de «relecture» des articles avant leur publication faite par l’Élysée. Bruno Marty, caricaturiste pour Sputnik, s’interroge sur cette «préférence» de l’exécutif.

    • Loiseau en perte de vitesse, Macron à la rescousse dans la campagne européenne LREM
      Dernière mise à jour: 18:46 22.05.2019
      18:46 22.05.2019

      Loiseau en perte de vitesse, Macron à la rescousse dans la campagne européenne LREM

      par Bruno Marty

      Légèrement devancée par le Rassemblement national, LREM sort l’artillerie lourde. Emmanuel Macron figure désormais sur certaines affiches de campagne du parti, comme l’avait fait en 2009 Nicolas Sarkozy pour l’UMP. Bruno Marty, caricaturiste pour Sputnik, s’est amusé du fait que le Président vole la vedette à Nathalie Loiseau.

    • Corée du Nord et Iran: la même stratégie de «tweets et menaces» de Trump?
      Dernière mise à jour: 22:42 21.05.2019
      22:42 21.05.2019

      Corée du Nord et Iran: la même stratégie de «tweets et menaces» de Trump?

      Donald Trump a menacé l'Iran de destruction dimanche 19 mai en cas d'attaque contre des intérêts américains. «Si l'Iran veut se battre, ce sera la fin officielle de l'Iran. Plus jamais de menaces à l'encontre des États-Unis», a lancé le Président américain sur Twitter.

    • Poutine et Trump au sommet d'Helsinki
      Dernière mise à jour: 16:15 19.05.2019
      16:15 19.05.2019

      Rencontre Poutine-Trump? Le Kremlin renvoie la balle dans le camp de Washington

      La position des autorités américaines a tendance à évoluer précipitamment, a estimé le porte-parole du Kremlin. Rappelant la rencontre prévue entre Vladimir Poutine et Donald Trump en Argentine et annulée par Washington, il a indiqué que c’était désormais aux États-Unis de prendre l’initiative pour tenir un nouveau sommet.