Ecoutez Radio Sputnik
    Caricatures

    Européennes: Emmanuel Macron s’investit (un peu trop) dans la campagne LREM

    Caricatures
    URL courte
    Par
    Elections européennes 2019 (32)
    226
    S'abonner

    Le chef de l’État souhaite-t-il transformer les journalistes en attachés de presse du gouvernement? On pourrait se poser la question suite à la demande de «relecture» des articles avant leur publication faite par l’Élysée. Bruno Marty, caricaturiste pour Sputnik, s’interroge sur cette «préférence» de l’exécutif.

    Européennes: Emmanuel Macron s’investit (un peu trop) dans la campagne LREM

    Emmanuel Macron marque de son empreinte le sprint final de la campagne des élections européennes. à quelques jours du scrutin, le chef de l’État se démultiplie afin de porter la voix des «progressistes» contre les «nationalistes» quitte à, légèrement, empiéter sur la liberté de la presse. En effet, certains titres de la presse quotidienne régionale comme Le Télégramme ou La Voix du Nord, qui devaient interviewer le Président en début de semaine, ont décidé de boycotter la rencontre.

    Selon La Voix du Nord, la rencontre avec le Président de la République, qui a duré une heure et demie, a été «encadrée de façon inédite», les participants étant dans l’obligation de «coécrire sur place une version unique des réponses présidentielles, puis à la soumettre à la relecture de l’Élysée avant toute publication du texte validé». Néanmoins, du côté de l’Élysée, on assure que cette relecture était une «préférence» et non une «exigence» et que «si on nous avait dit non, l’interview aurait quand même eu lieu».

    La frontière entre information et communication est décidément ténue.

    Cette caricature n’engage que la responsabilité du dessinateur.

    Dossier:
    Elections européennes 2019 (32)
    Tags:
    Le Télégramme, La Voix du Nord, presse, palais de l'Élysée, Emmanuel Macron, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik

    Plus de caricatures

    • Cocaïne pure sur la côte atlantique française
      Dernière mise à jour: 16:03 11.11.2019
      16:03 11.11.2019

      Cocaïne pure sur la côte atlantique française

      Par

      Plusieurs ballots de cocaïne pure ont été découverts sur les côtes françaises depuis mi-octobre. Ils s’échouent à intervalles réguliers sur des plages de la côte atlantique. Malgré le «très gros risque sanitaire» qu’ils présentent, Bruno Marty, caricaturiste pour Sputnik, y va de son petit trait d'humour.

    • New York interdit la commercialisation du foie gras à partir de 2022
      Dernière mise à jour: 16:56 05.11.2019
      16:56 05.11.2019

      Après la Californie, New York dit «non» au foie gras

      Par

      Dans trois ans, il sera interdit de vendre du foie gras, d'en servir ou même d'en détenir: le conseil municipal de la ville de New York a adopté le 30 octobre un texte interdisant la commercialisation du foie gras à partir de 2022. Bruno Marty, caricaturiste pour Sputnik, illustre à sa manière cette interdiction.

    • Le «chien héros» de l’armée US invité à la Maison-Blanche?
      Dernière mise à jour: 12:58 30.10.2019
      12:58 30.10.2019

      Le «chien héros» de l’armée US invité à la Maison-Blanche?

      Par

      Donald Trump va-t-il inviter à la Maison-Blanche le «chien héros» qui a contribué à l’élimination du chef de Daech*? C’est ce qu’affirme en tout cas le New York Times. Bruno Marty, caricaturiste pour Sputnik, rend hommage au malinois.

      Mort d'Abou Bakr al-Baghdadi
    • La mort d’Abou Bakr Al-Baghdadi signifie-t-elle la fin de Daech?
      Dernière mise à jour: 12:01 29.10.2019
      12:01 29.10.2019

      La mort d’Abou Bakr Al-Baghdadi signifie-t-elle la fin de Daech?

      Par

      Selon Christophe Castaner, la mort du numéro un de Daech*, Abou Bakr Al-Baghdadi, risque d’intensifier la propagande djihadiste «appelant éventuellement à des actes de vengeance». La mort de ce leader djihadiste met-elle fin à l’organisation terroriste? Bruno Marty, caricaturiste pour Sputnik, met en image les craintes du ministre de l’Intérieur.

      Mort d'Abou Bakr al-Baghdadi