Ecoutez Radio Sputnik
    Olga Zinovieva, directrice de l'Institut biographique d'Alexandre Zinoviev, coprésidente du Club Zinoviev de Rossiya Segodnya

    Donnez une bombe atomique au prix Nobel!

    © Sputnik . Vladimir Trefilov
    Club Zinoviev
    URL courte
    0 253
    S'abonner

    Les événements terribles en Ukraine ont ricoché sur le monde des valeurs pacifistes: ils ont transformé les colombes des prix Nobel de la paix, Barack Obama et Lech Walesa, en faucons agressifs, instigateurs de la troisième guerre mondiale sur notre planète, note la coprésidente du Club Zinoviev Olga Zinovieva.

    Club Zinoviev
    Club Zinoviev

    Nos amis de l'ancien club socialiste, les pays membres du Pacte de Varsovie, se sentent toujours un peu négligés et méconnus dans la grande Europe, la vraie Europe occidentale.

    Jusqu'aux années 1990, ils étaient terriblement opprimés, comme on le sait bien, par l'Union soviétique qui leur imposait insidieusement sa politique pacifique, leur versait de larges subventions pour créer leur propre infrastructure industrielle et construire leurs géants industriels tels que, par exemple, le port maritime de Gdansk et le chantier naval de Lénine ou encore l'Université d'État de Varsovie; qui les invitait à suivre des études gratuites dans les meilleures universités de notre pays et leur payait des bourses beaucoup plus élevées que les salaires modestes des jeunes scientifiques soviétiques. En échange des dernières technologies soviétiques et de l'amitié fraternelle, nous recevions de cette "superpuissance" socialiste de la gelée de cassis, le festival de Sopot et des films d'Andrzej Wajda et Jerzy Kawalerowicz. Les films, comme la gelée, étaient d'excellente qualité d'ailleurs. Nous les avons vêtus, nourris, instruits, défendus, endoctrinés petit à petit.

    "J'en ai marre!", s'est écrié le petit crapaud dans le film "Poucette".

    "Nous en avons marre!": le motif a été repris par les pays "semi-occidentaux" d'Europe de l'Est, fatigués du protectorat soviétique et aspirant à la véritable démocratie, à la vraie liberté.

    Avec un leader comme Lech Walesa, un vrai héros du rêve américain — de l'électricien dudit chantier de Lénine au président et prix Nobel de la paix! — n'importe quelle tête commencerait à tourner, et le complexe d'infériorité se transformerait en complexe de supériorité, car les conditions pour cette métamorphose étaient excellentes: le soutien par l'Occident et des États-Unis du mouvement de défense des droits de l'homme et de "Solidarité" dans un pays opprimé; l'exacerbation de l'hystérie anti-soviétique; le mécontentement banal interne au niveau de la conscience polonaise bourgeoise, gentillette mais toujours fière…

    C'est cette conscience qui ne laisse pas tranquille le citoyen de la Pologne, son ancien président et prix Nobel de la paix. C'est sans doute ce prix qui a poussé notre contemporain à exiger la création de lignes défensives dans son pays finalement libéré de ce voisin perfide russe, avec lequel on peut s'attendre à tout. "La Pologne doit s'opposer à la Russie", a déclaré Walesa dans son interview au journal polonais Rzeczpospolita. Dans le journal italien La Stampa, il poursuit ses réflexions de manière créative: "Poutine? Il faut l'arrêter. Donnez-nous des missiles nucléaires et nous les enverrons à Moscou". "Nous devons emprunter une bombe atomique et montrer à Poutine que si le soldat russe vient ici sans invitation, nous allons l'utiliser", a ajouté le vieux sage de 70 ans, invitant ainsi l'Otan à placer une partie des ogives nucléaires sur le territoire de la Pologne.

    C'est pour cela que la voix coléreuse en faveur de l'indépendance et de la souveraineté de ce grand pays, toujours pas tout à fait occidental, accompagnée des exigences que l'Otan remette à la disposition du prix Nobel de la paix des installations atomiques avec des bombes atomiques — sonne à la fois de manière effrayante et noble. C'est ce qu'on appelle faire d'une pierre deux coups. Premièrement, on va rappeler à la communauté européenne que nous sommes des joueurs égaux, comme tous les autres. Deuxièmement, les nouvelles recrues de la communauté européenne sont pleines d'enthousiasme, cherchant à plaire aux vieux pays invétérés et fatigués — c'est comme ça qu'on peut démontrer que nous sommes becs et ongles (ça oui, effectivement!). Troisièmement, la Russie aura peur et avouera tous les crimes du siècle, y compris le chômage polonais, et invitera les braves Polonais à nous gouverner… Le lauréat aux cheveux blancs a plein d'idées. Ainsi, il a déjà décerné un prix spécial de 100 000 dollars aux bandits qui s'étaient le plus illustrés à Maïdan. Et personne ne l'a critiqué dans l'Europe éclairée, au contraire. Cela veut dire qu'on peut poursuivre les ambitions polonaises.

    Il est intéressant qu'à l'époque morose du Pacte de Varsovie, l'idée de demander à l'URSS des armes nucléaires supplémentaires ne leur était pas venue à l'esprit. Pourquoi? Parce qu'ils se savaient bien protégés par la position de l'Union soviétique, qui avait libéré la Pologne de la peste brune, et par la véritable conscience de sa souveraineté qui leur permettait de participer sur un pied d'égalité au travail du Conseil d'assistance économique mutuelle, de demander et de recevoir une aide généreuse, si nécessaire pour le redressement d'après-guerre et la construction de la nouvelle Pologne libre et industrialisée.

    Le Conseil de l'assistance, justement, ne déterminait ni les directives, ni les quotas de production de betterave à sucre, de lait et de viande, et surtout ne punissait pas les contrevenants à la convention, comme cela a été récemment le cas de la Lettonie, l'Estonie et la Lituanie qui ont été strictement réprimandées par leurs amis européens de l'UE et ont reçu une amende de 3,182 millions d'euros justement pour surproduction, stockage et vente de la betterave à sucre en excès.

    Et puisqu'on peut difficilement reprocher à l'Europe occidentale libre, à la communauté européenne ou encore à l'Otan la faillite industrielle et économique de la Pologne, l'irritation et la frustration du prix Nobel de la paix, qui a exigé une bombe atomique, sont tout à fait compréhensibles et faciles à expliquer.

    Pour se défendre contre la Russie, a-t-il dit… Et s'il sous-entendait une direction géographique tout à fait différente?

    Olga Zinovieva, directrice de l'Institut biographique d'Alexandre Zinoviev, coprésidente du Club Zinoviev de Rossiya Segodnya
    © Sputnik . Vladimir Trefilov
    Les événements terribles en Ukraine ont non seulement reformaté de manière étrange et inattendue les relations entre la Russie, les États-Unis et l'Europe occidentale, mais ont également ricoché sur le monde des valeurs pacifistes en transformant les colombes des prix Nobel de la paix, Barack Obama et Lech Walesa, en faucons agressifs, vrais instigateurs de la troisième guerre mondiale sur notre planète.

    À cet égard, il y a trois mois, j'ai officiellement demandé au Comité Nobel de priver le citoyen américain Barack Obama du titre de lauréat du prix Nobel de la paix. Je crois qu'il est nécessaire de citer le texte de ma demande ici:

    "Moi, Olga Zinovieva, citoyenne du pays libre et observant la "démocratisation" forcée du monde, à l'exemple de la Yougoslavie, la Syrie, la Libye, l'Afghanistan, le Venezuela et l'Ukraine, je n'ai plus le droit moral de rester silencieuse face à l'escalade des calomnies féroces anti-russes émanant du président des États-Unis, face au soutien agressif et aux tentatives de monter un peuple contre l'autre, à l'exigence de poursuivre la politique du règlement "pacifique" de la situation en Ukraine. Qu'est-ce qu'est donc la solution militaire, si l'on tire déjà avec des balles explosives, si l'aviation bombarde les villes pacifiques, si l'on fusille les véhicules sanitaires transportant les blessés?

    Entouré d'assistants analphabètes qui ne savent pas trop où l'Iran et la Biélorussie se trouvent, le président américain ne voit pas les victimes innombrables parmi la population civile de l'Ukraine, quand il ment dans son discours de West Point en accusant la Russie de tous les maux. Pourquoi ne s'est-il pas écrié d'indignation quand on brûlait vif, de manière fasciste, les civils à Odessa? Pourquoi la destruction systématique, appelée génocide dans toutes les encyclopédies, est-elle menée et soutenue par des bandes de mercenaires privés qui parlent américain? Le langage du meurtre des gens dans le pays, où le Département d'État a investi 5 milliards de dollars pour y insuffler la démocratie, n'est-il pas clair?..

    Cher Comité Nobel, n'avez-vous pas peur de la répétition monstrueuse de ce qui a déjà eu lieu au XXe siècle et avait été condamné par le Tribunal de Nuremberg comme le plus grand crime contre l'humanité et la civilisation? Où sont l'humanisme, les beaux idéaux qui étaient à la base de la création du prix Nobel de la paix? Allez-vous rester silencieux et indifférents face à la terreur du "pacificateur" d'outre-mer?

    Je n'exige que de priver le citoyen américain, Barack Obama, de son titre de lauréat du prix Nobel de la paix et d'ouvrir une affaire pénale contre lui à la Cour pénale internationale de la Haye pour crime de guerre contre la population civile, ainsi que pour ses appels et ses actions menant à l'escalade de la guerre contre les civils en Syrie, en Libye, en Afghanistan, au Venezuela et en Ukraine, pour la destruction de la notion même d'humanisme et pour la violation agressive de tous les droits et les normes consacrés dans la Charte de l'Onu.

    Olga Zinovieva, veuve de l'ancien combattant de la Grande Guerre patriotique et gardienne de l'héritage créatif d'Alexandre Zinoviev".

    Il faudrait désormais priver du prix Nobel de la paix non seulement Obama, mais Lech Walesa. Sinon, on aurait l'impression très bizarre que le Comité Nobel s'est transformé en fabrique d'instigateurs certifiés de la guerre, de l'extrémisme et du terrorisme au niveau étatique, discréditant ainsi le patrimoine pacifiste d'Alfred Nobel.

     

    Olga Zinovieva, coprésidente du Club Zinoviev de Rossiya Segodnya

    Lire aussi:

    Pacte germano-soviétique de non-agression - sur les traces des collaborateurs nazis
    Un monde antirusse
    "Brzezinski l'imposteur" contre "Poutine le chauvin"
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik