Guy Sitbon, d’aventures en aventures

Comment tu t’appelles?
URL courte
Par
0 20
S'abonner

Lorsqu’on invite un Tunisien de confession juive, né Isaac Shetboun, renommé Guy Sitbon, journaliste à 13 ans et converti à la cause du communisme dès ses 15 ans, il ne vous reste qu’à vous frotter les mains en pensant à l’épisode de «Comment tu t’appelles?» qui vous attend.

Aujourd’hui, «Comment tu t’appelles?» vous embarque dans les méandres d’une vie riche et bien menée, celle de Guy Sitbon. Né en 1934 dans une petite communauté juive de Tunisie à Monastir, Isaac Shetboun utilisera le nom Guy Sitbon par souci d’intégration à l’école française dans laquelle il va étudier.

Près de 85 ans plus tard, Guy Sitbon déroule sur son CV une immense carrière de journaliste international ayant travaillé au Monde, à Jeune Afrique, L’Express, La Presse de Tunisie, Time Magazine… Il reviendra avec nous sur sa rencontre très forte avec le manifeste du parti communiste, qui le touchera droit au cœur, et sur la création pour le moins inattendue du «Minitel Rose» avec lequel il fera fortune presque malgré lui.

Il nous livrera sa vision de la montée du communisme, du moins la vision universaliste originale, et en tirera des conclusions sur la volonté du peuple juif de s’émanciper de son propre isolationnisme et par la même occasion, de l’envie des autres de se débarrasser de lui. Une émission touchante et passionnante dans laquelle vous prendrez plaisir à vous laisser emporter à travers le monde et le siècle dernier au rythme d’une voix inimitable comme seule une vie bien chargée peut en forger.

 

«En ayant lu le manifeste du Parti communiste, je suis devenu un autre homme à la fin de ce livre. J’avais découvert la vérité, j’avais découvert ma raison de vivre, j’avais compris le monde que tout le monde m’avait caché et enfin quelqu’un m’expliquait le monde, mon pays, ma famille...»

Lire aussi:

Macron avait chargé Sarkozy de transmettre une lettre secrète à Carlos Ghosn
Elle promène son chien et tombe sur un lionceau près de Perpignan – photo
Une histoire d’amour coûte la vie à un jeune Marocain
Tags:
journalisme, Israël, Juifs
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik