Ecoutez Radio Sputnik
    Culture

    Hommage à Henri Troyat, un Russe au service de la littérature française

    Culture
    URL courte
    0 3 0 0

    Henri Troyat, décédé en France à l'âge de 95 ans, était bien connu des lecteurs russes.

    MOSCOU, 5 mars - RIA Novosti. Henri Troyat, décédé en France à l'âge de 95 ans, était bien connu des lecteurs russes.

    L'écrivain d'origine russe, prix Goncourt en 1938, et qui était le doyen de l'Académie française, a écrit une centaine de volumes dont plus de la moitié sont consacrés à la Russie.

    De son vrai nom Léon Aslanovitch Tarassov, Henri Troyat se considérait comme un écrivain français nourri de lointains souvenirs russes, ou encore comme un Russe francisé.

    Pour Raïssa Telechova, docteur ès philologie de Novossibirsk, Troyat, qui a marié dans son oeuvre et sa personnalité les meilleures réalisations des cultures russe et française, incarnait en quelque sorte l'idée même de l'association et de l'influence réciproque de la France et de la Russie.

    La culture et la langue de son pays d'origine ont laissé une empreinte puissante sur sa personnalité, qui s'est reflétée dans son style littéraire, estime la chercheuse. L'écrivain disait lui-même: "Il est possible que la connaissance du russe ait marqué mon style en français".

    Dans son "voyage permanent" entre la France et la Russie et dans le rapprochement des littératures russe et française réside l'originalité créatrice et l'intégrité de la personne d'Henri Troyat. Il aurait beaucoup appauvri son oeuvre s'il avait renoncé à l'une de ces deux riches traditions littéraires.

    Dans son livre "Un si long chemin", Henri Troyat écrivait: "Il y a toujours un Léon Tarassov qui dort, tendrement pelotonné, au centre de moi-même".

    Sa terre natale lui a fourni une inépuisable source d'inspiration, notamment pour ses biographies des tsars (Ivan le Terrible, Catherine la Grande ou Nicolas Ier) et des classiques russes (Dostoïevski, Tolstoï, Gogol, Tchékhov, Tourgueniev etc.).

    Lire aussi:

    Pourquoi l'entartage de Bernard-Henri Lévy? «Un boucher qui travaille pour le végétarisme»
    Arrière-petit-fils de Léon Tolstoï: «En Russie je me sens Russe, en France - Français»
    Une lettre du prix Nobel de littérature Boris Pasternak mis en vente pour 3.800 EUR
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik