Ecoutez Radio Sputnik
    Culture

    Charles Aznavour termine ses concerts

    Culture
    URL courte
    0 302

    Ici Moscou! Les affiches annonçant l’unique concert de Charles Aznavour ont bouleversé Moscou. L’unique et, probablement, le dernier. Notre capitale figure sur la liste des villes où le roi de la chanson française donne ses derniers concerts.

    Ici Moscou ! Les affiches annonçant l’unique concert de Charles Aznavour ont bouleversé Moscou. L’unique et, probablement, le dernier. Notre capitale figure sur la liste des villes où le roi de la chanson française donne ses derniers concerts. Charles Aznavour n’a pas visité souvent notre ville et des dizaines d’amateurs de son talent ont voulu assister au concert. Ecouter la voix du grand Aznavour, c’est sans aucun doute un événement remarquable. Y a-t-il vraiment beaucoup de chanteurs qui se produisent sur la scène à l’âge de 80 ans ?! Qui entreprennent des tournées audacieuses pour offrir leur art au public ?! Chapeau bas devant maestro en signe de reconnaissance, d’amour et de respect ! Il arrive chez nous et nous lui sommes reconnaissants des minutes de plaisir, de la possibilité de le voir et de l’écouter. Les Moscovites attendent avec impatience cette rencontre incomparable avec le chanteur et il y aura sans doute parmi eux des collectionneurs d’enregistrements des chansons d’Aznavour. Il y a bien sûr parmi eux de nombreux admirateurs du talent dramatique d’Aznavour l’ayant vu dans les films français et entendu ses chansons interprétées par Lisa Minelli, Ray Charles, Bing Crosby, Shirley Bicy …
    Charles Aznavour est toujours le bienvenu dans notre pays et nous attendons, tous, qu’il entre sur la scène du Palais du Kremlin et nous entendions sa voix incomparable …

    Lire aussi:

    Charles Aznavour reçoit enfin son étoile à Hollywood
    Les hommes chantent l’amour et le sexe plus souvent que les femmes
    Le pouvoir unificateur de l'art: l'Ensemble Alexandrov se produit à Istanbul
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik