Ecoutez Radio Sputnik
    Culture

    La restitution de vitraux d'église à l'Allemagne au menu de la prochaine session du parlement russe

    Culture
    URL courte
    0 2 0 0
    MOSCOU, 21 janvier - RIA Novosti. La Douma (chambre basse du parlement russe) examinera vendredi prochain un projet de loi sur la restitution de six vitraux d'église ramenés d'Allemagne pendant la Seconde guerre mondiale, annonce lundi le département de presse et de communication de la Douma.

    Le présidium de la fraction Russie unie et le comité parlementaire pour la culture ont recommandé d'adopter le document en première lecture.

    Le projet de loi prévoit la restitution à l'Allemagne de six vitraux de l'église Sainte-Marie (Marienkirche), transférés de Frankfort-sur l'Oder durant la Seconde guerre mondiale et se trouvant actuellement à Moscou, au Musée des beaux-arts Pouchkine.

    En 2002, les 111 vitraux de cette église conservés à l'Ermitage (Saint-Pétersbourg) avaient déjà été restitués à l'Allemagne. Plus tard, six autres vitraux ont été découverts au Musée des beaux-arts de Moscou.

    Le conseil d'experts auprès de l'Agence russe pour la Culture (Roskoultoura) a établi que les vitraux constituaient des valeurs artistiques uniques en leur genre et particulièrement importantes pour le patrimoine historique et culturel.

    Il a été également reconnu que pendant la Seconde guerre mondiale, les vitraux n'étaient utilisées qu'à des fins religieuses et ne servaient pas les "intérêts du militarisme et du nazisme".

    Le président du comité de la Douma pour la culture, Grigori Ivliev, a invité le Musée des beaux-arts à présenter les six vitraux au public avant leur départ définitif de la Russie.

    Lire aussi:

    La Douma révise le statut des médias étrangers suite à la politique contre RT aux USA
    Le Musée national de Damas s’apprête à présenter les trésors sauvés de Palmyre
    Moscou: toute condition dans la restitution des biens diplomatiques russes est illégale
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik