Ecoutez Radio Sputnik
    Culture

    Restitution des "antiquités volées": l'Egypte prend la tête de la lutte

    Culture
    URL courte
    121

    L'Egypte a appelé les pays exigeant le rapatriement de leurs "biens culturels illicitement exportés" à s'unir en vue de poursuivre conjointement leur lutte, rapporte la correspondante de RIA Novosti au Caire.

    L'Egypte a appelé les pays exigeant le rapatriement de leurs "biens culturels illicitement exportés" à s'unir en vue de poursuivre conjointement leur lutte, rapporte la correspondante de RIA Novosti au Caire.

    "Nous devons nous unir pour coopérer et lutter de concert", a déclaré mercredi le secrétaire général du Conseil supérieur des antiquités égyptiennes (CSA), Zahi Hawass, en ouvrant au Caire une conférence internationale sur la restitution des valeurs culturelles.

    Il a également invité les pays participant à la conférence à établir la liste des monuments artistiques et historiques "volés" devant être rapatriés en priorité.

    Selon M. Hawass, l'Egypte souhaite inclure dans cette liste le buste de la reine Néfertiti actuellement conservé en Allemagne et la célèbre Pierre de Rosette (pièce vedette du British Museum) qui a permis au Français Jean-François Champollion de déchiffrer les hiéroglyphes.

    22 pays du monde ont été invités au forum, mais seuls 17 y ont envoyé leurs délégations, dont la Russie, la Grèce, les Etats-Unis, l'Autriche, le Chili, la Chine, le Mexique, la Syrie et l'Italie. Trois pays - la France, l'Allemagne et la Grande-Bretagne - ont décliné l'invitation: depuis quelque temps, de nombreux "litiges archéologiques" les opposent à l'Egypte.

    La conférence du Caire prendra fin jeudi. Les participants ont l'intention de formuler des recommandations visant à amender les dispositions de l'UNESCO relatives à la recherche et au rapatriement des biens culturels.

    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik