Ecoutez Radio Sputnik
    « Elena » et ses conquêtes en Afrique

    « Elena » et ses conquêtes en Afrique

    Photo: RIA Novosti
    Culture
    URL courte
    0 1 0 0

    « Elena », le nouveau film du réalisateur russe Andreï Zviaguintsev, a remporté trois récompenses principales du Festival international du film dans la ville sud-africaine de Durban.

    Les prix du meilleur réalisateur, du meilleur rôle féminin et du meilleur cameraman sont venus s’ajouter aux récompenses déjà décernées au Festival du cinéma indépendant aux États-Unis et au 64ème Festival de Cannes dans la nomination « Un certain regard ».

    « Elena » n’est pas le premier film d’Andreï Zviaguintsev à être présenté au forum cinématographique de Durban. Il fait suite à son film « Bannissement » où le réalisateur se penche sur les rapports complexes qui se nouent au sein d’une famille. Il est significatif que son film « Elena » traite globalement de la même problématique mais lui ajoute une « dimension criminelle ». C’est une histoire d’une femme de bonnes moeurs qui se transforme en assassine de son mari, ce qui de l’avis d’Andreï Zviaguintsev, est un signe de notre temps.

    « Nous avons tous subi un changement qu’on pourrait qualifier de transmutation de l’espèce humaine. Beaucoup de nos amis et connaissances sont devenus méconnaissables depuis ces vingt dernières années. L’histoire d'Elena révèle justement cette mutation de l’espèce humaine. Commettre un acte pour le moins répréhensible est devenu une chose parfaitement normale et cette tendance se manifeste aussi bien en Russie que dans le monde entier. Les idées de l’humanisme sont en train de se dessoudre et de s’user jusqu’à la trame », dit le réalisateur dans son interview à la « Voix de la Russie ».

    Champion de l’humanisme, Andreï Zviagintsev construit sa narration de telle sorte que les spectateurs commencent, sans doute malgré eux, à éprouver de la compassion pour l’héroïne principale et ceci dans une grande mesure grâce à l’actrice Nadejda Markina qui interprète le rôle principal et à l’excellent cameraman Mikhaïl Kritchman, tous deux primés à Durban. D’ailleurs, Kritchman est en plus lauréat du prix « Ozella » au Festival de Venise.

    « Elena » est le troisième film d’Andreï Zviagintsev mais il n’est pas de ceux qui font travailler leur Muse à la chaîne. Selon le critique de cinéma Valeriï Kitchine, « c’est un réalisateur unique et inédit ».

    « Il n’a jamais fait d’études cinématographiques - il préférant avoir pour références les chefs-d’oeuvre du cinéma mondial et cette érudition se fait bien sentir dans ses films. Les réalisateurs qui font aujourd’hui les films pour les festivals sont littéralement obsédés par l’éclat de nouveauté et une « technicité » poussée à l’extrême. C’est de l’égoïsme pur et simple et cela se voit bien. Zviaguintsev n’est pas de ceux-ci parce qu’il privilégie justement le sujet choisi pour son film et les personnages », - poursuit Valeriï Kitchine dans son interview à la « Voix de la Russie ».

    « Il ne recherche pas l’originalité de la narration et c’est pour cette raison justement que ses films sortent de l’ordinaire, ce qui a d’ailleurs été démontré par le festival de Durban », résume le critique.

    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik