Ecoutez Radio Sputnik
    « Chefs-d’œuvre de contrefaçon » : le jeu aux ambitions

    « Chefs-d’œuvre de contrefaçon » : le jeu aux ambitions

    Culture
    URL courte
    0 01

    L’exposition « Chefs-d’œuvre de contrefaçon » qui se tient actuellement à Moscou et a beaucoup influencé les esprits des spécialistes, des collectionneurs et des simples amateurs de la peinture. Que représentent en réalité les objets d’art exposés dans les musées mondiaux ? Qui pourrait garantir que les chefs-d’œuvre vendus aux enchères pour quelques milliards de dollars sont authentiques ? Quel est le volume du marché noir des antiquités ?

    Ivan Aïvazovski, Nicolaï Roerich, Alexeï Bogolioubov, Boris Koustodiev… L’organisateur de l’exposition et le propriétaire des tableaux de ces grands peintres russes, Igor Voziakov s’est aperçu que la plupart des chefs-d’œuvre achetés il y a 15 ans n’étaient pas authentiques. En réalité, les experts ne portent aucune responsabilité matérielle de leur faute, raconte la critique d'art Nadejda Goubkina dans une interview accordée à la Voix de la Russie.

    « Je ne crois pas qu’un spécialiste qui a travaillé pendant des années par exemple dans la galerie Trétiakov ne pourrait pas distinguer le vrai Bogolioubov du Bogolioubov falsifié même si c’était une très bonne copie. Pourquoi nous avons abordé ce sujet ? Parce que nous voulons arrêter le marché noir des antiquités et déclarer l’existence d’un grand problème avec l’expertise. Lorsqu’il s’agit des chefs-d’œuvre, le système devrait être très bien organisé ».

    Entre temps, Mme Goubkina reconnait que certaines peintures exposées à Moscou sont de vrais chefs-d’œuvre :

    « Ce n’est pas par hasard que l’exposition a été nommée « Chefs-d’œuvre de contrefaçon ». Il est évident que les peintures n’ont pas été créées par Aïvazovski ni par Roerich, mais il faut rendre justice à ces maîtres ! Si ces auteurs signaient les tableaux par leurs propres noms, ils auraient été connus dans le monde entier. Ces peintres seraient probablement vivants et ils pourraient visiter l’exposition pour admirer leurs tableaux ».  Mais la valeur matérielle des copies est bien sûr plusieurs fois inférieure aux peintures authentiques.

    « Les peintres qui copient les chefs-d’œuvre  sont très ambitieux. Pour duper les experts, la communauté internationale de critiques d’art, les collectionneurs il faut avoir évidemment beaucoup d’ambitions. Ce sont sans doute des personnages très créatifs et des fois géniaux.  Franchement, j’aimerais bien en rencontrer quelques-uns », avoue Nadejda Goubkina.

    En même temps, on ne peut pas être sûr que le caractère d’une telle rencontre serait amical. Nul ne pourrait prévoir l’issued’une rencontre entre, par exemple, l’homme d’affaire russe Victor Veckelberg  et l’auteur de la copie que l’homme d’affaires a acheté comme un tableau authentique de  Boris Koustodiev pour 2,9 millions de dollars.  L’oligarque a déjà déposé un acte introductif d'instance. 

    Lire aussi:

    Une histoire à la Porochenko: Aïvazovski appartient au patrimoine culturel de l’Ukraine
    Un crime imparfait: des voleurs obligés de remettre leur butin en place (vidéo)
    Si la guerre m’était contée: le conflit syrien sous le pinceau d’un artiste russe
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik