Ecoutez Radio Sputnik
    Tchébourachka et ses amis mis aux enchères

    Tchébourachka et ses amis mis aux enchères

    Photo : RIA Novosti
    Culture
    URL courte
    0 11

    Le 11 décembre pourrait devenir la dernière journée en Russie pour Tchébourachka et Guéna le Crocodil. Les deux poupées des séries d'animation soviétiques (exemplaires uniques) sont mises aux enchères avec un prix de départ de 1,5 million de roubles (37 500 euros). Selon certaines données, des acheteurs japonais sont particulièrement intéressés par ces héros légendaires de l’animation soviétique. La vente aux enchères se tiendra le 11 décembre à la maison Sovkom.

    D'après les encyclopédies mondiales, Tchébourachka est un petit animal au poil brun de la taille approximative d'un enfant de cinq ans, aux grandes oreilles rondes pelucheuses qui marche sur ses pattes de derrière. Il s’agit d’un personnage du livre pour enfant de l'écrivain Edouard Ouspenski matérialisé et présenté aux spectateurs par les studios Soyouzmoultfilm en 1969.

    Cet être inconnu de la science a très vite gagné l’amour des enfants et de leurs parents et est devenu un personnage du folklore et de multiples histoires. Plusieurs générations ont grandi en regardant ces séries d’animation. Aujourd’hui, les poupées de Tchébourachka, de son ami Guéna le Crocodil et des autres héros du film d’animation seront vendues aux enchères, a raconté à La Voix de la Russie la critique d'art de la maison Sovkom, Carina Borissionok :

    « Notre maison organise une vente aux enchères consacrée à l’art soviétique et russe du XXème siècle. Près de 105 lots seront mis aux enchères, dont plusieurs peintures, objets de l’art graphique et décoratif parmi lesquelles figurent les héros du film d’animation sur Tchébourachka ».

    Le destin de ces personnages est une intrigue principale de la vente : les poupées, resteront-elles en Russie ou quitteront pour toujours leur patrie. Selon le PDG de la maison de vente des enchères Mikhaïl Kamenski, les poupées seraient achetées par un connaisseur de la culture soviétique :

    « Elles pourraient intéresser quelqu’un qui apprécie beaucoup la culture de l’époque soviétique, qui collectionne les signes et les symboles de cette époque. Ces personnages ont beaucoup influencé la formation de plusieurs générations, ils apparaissent toujours sur les écrans bleus. Ce sont déjà des figures magiques de notre vie, de notre société. Et il ne s’agit pas seulement de la Russie, mais de tout l’espace postsoviétique ».

    Certains médias affirment que les acheteurs du Japon s’intéressent beaucoup à ce lot. Tchébourachka jouissait d'une popularité exceptionnelle au Japon au début de 2000 où la télévision nippone a lancé une série-animé « Qui est-ce, ce Tchébourachka ? ». Les Japonais ont même acheté les droits sur ce héros aux grandes oreilles jusqu’en 2023.

    Selon les experts, la réaction sur l’achat de Tchébourachka par les Japonais sera différente : d’un côté, la place de ce personnage est dans les musées russes, mais de l’autres côté, il s’agira d’un élargissement des frontières de Tchébourachkamania et de la culture russe en générale. /L

    Lire aussi:

    «Une bouffée d’oxygène»: des Européens parlent de l’animation russe
    Ni Disney, ni Pixar: quels dessins-animés regardent les petits Nord-Coréens?
    Barbie et Ken dans un appartement communautaire soviétique, comme si vous y étiez!
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik