Ecoutez Radio Sputnik
    La musique de la capitale olympique

    La musique de la capitale olympique

    © Collage : la Voix de la Russie
    Culture
    URL courte
    0 0 0

    La musique était le thème principal de l'année écoulée dans le programme fédéral quadriennal « Sotchi 2014 – olympiade culturelle ». Des dizaines d'événements musicaux dans tout le pays étaient consacrés aux Jeux Olympiques d'hiver dans cette station balnéaire russe.

    Il faut évoquer avant tout des festivals internationaux : La Semaine de l’Epiphanie, ou le festival de musique moderne à Kazan (république de Tatarstan), Soirées d’hiver à Iochkar-Ola (république des Maris-El), ou encore La fièvre du jazz à Perm (Oural). Il y a eu également le Red Rocks Tour, qui a parcouru 20 villes russes. Un marathon musical des régions russes a ému le public l’été dernier lors des JO de Londres. Mais c’est Sotchi qui était au cœur des événements culturels au cours de l’année 2012. De nombreux artistes célèbres sont venus ici, et certains y sont retournés à plusieurs reprises.

    « Sotchi est déjà inscrit sur la carte des événements culturels mondiaux », constate le chef d’orchestre Valeri Guergiev. « Je voudrais que cela ne soit pas éphémère, que cela dure longtemps après les JO, pour que les habitants de Sotchi puissent en profiter. Les Jeux vont donner une opportunité formidable à cette station balnéaire de devenir l’une des plus grandes capitales de la culture de Russie ».

    Sotchi, une ville installée sur le bord de la mer Noire, a toutes les chances de devenir la capitale culturelle de la Russie. Il suffit de se rappeler du festival musical Crescendo l’été dernier. Ce festival était organisé par un groupe de musiciens russes brillants, qui sont très prisés sur la scène internationale. L’organisateur et le directeur artistique du festival, le célèbre pianiste Denis Matsouïev, a décidé de « connecter » Sotchi avec le reste du monde.

    « Sotchi – c’est une ville magnifique, la ville de mon enfance, où j’ai vécu depuis 1981. Chaque été, nous venions ici avec mes grands-parents d’Irkoutsk, ma ville natale. Nous prenions le train et parcourions tout le pays avant d’arriver ici. Je connais presque chaque rue ici, c’est vraiment ma deuxième patrie ».

    Un autre musicien célèbre Iouri Bachmet, a également toutes les raisons d’appeler Sotchi sa deuxième patrie. Il a organisé ici un festival de musique d'hiver et a même créé un orchestre de jeunesse russe spécialement pour les Jeux Olympiques de 2014. Cet orchestre s’est produit sur scène pour la première fois à la fin de 2012. Bachmet est persuadé que l’éduction et le sport servent le même but.

    « Les Jeux Olympiques réunissent les gens et les programmes culturels réunissent les gens également. C'est la seule chose que nous pouvons opposer à la guerre, le terrorisme et toutes les autres manifestations du mal »dit-il.

    La fin de l’année musicale 2012 a été marquée par une surprise : un album des hits des JO de Sotchi est sorti à Moscou. Il s’agit d’un recueil des chansons qui sont entrées en compétition pour la sélection de l’hymne des Jeux Olympiques. À peine les conditions du concours ont été annoncées que le comité d’organisation des JO a reçu plus de 500 chansons, composées par des auteurs certes inconnus, mais très talentueux. Ils étaient inspirés par le thème olympique et l’espoir que leur hit serait écouté par des millions de spectateurs lors de l’ouverture des JO. Les gagnants auront d’ailleurs la possibilité d’enregistrer leur hit avec les célébrités de la musique pop russe. Le boxeur Sergueï Demine était parmi les lauréats ! Il a enregistré sa chanson Bonjour, l’Olympiade !  en duo avec la chanteuse Jasmin et espère la chanter lors de la cérémonie solennelle de l’ouverture des Jeux à Sotchi en 2014. /L

    Lire aussi:

    La musique militaire résonne au cœur de Moscou à l’occasion du festival Tour Spasskaïa
    JO 2024: malgré les risques budgétaires, les Français largement favorables aux Jeux
    Des boycotts aux scandales de dopage: ô sport, tu es la paix!
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik