Ecoutez Radio Sputnik
    • Nous proposerons à Cannes de « larguer les amarres »
    • Nous proposerons à Cannes de « larguer les amarres »
    • Nous proposerons à Cannes de « larguer les amarres »
    Photo : kinopoisk.ru

    Le film de la réalisatrice russe Taïssia Igoumentseva Larguez les amarres pourrait participer au célèbre festival de Cannes. Il existe une possibilité pour que le film représente la Russie dans la compétition principale. Taïssia âgée de 24 ans a reçu le droit d'envoyer sa demande quand l'année dernière à Cannes son court-métrage En chemin... a remporté la compétition des jeunes réalisateurs. Taïssia a parlé de son succès et de son premier film dans le studio de La Voix de la Russie.

    C'est l'histoire où il n'y a pas de personnages secondaires, dit Taïssia Igoumentseva en parlant de son film Larguez les amarres. L'action se passe dans le petit village des drôles d'hommes, continue-t-elle.

    « Il y a seulement dix personnes, le chien Rembo et une vache Konfeta surnommée bonbon. Les habitants de ce village viennent le soir dans une boîte locale pour regarder des essais cinématographiques. Le matin ils se réveillent, l'un à cause du bruit du générateur, un autre du meuglement de la vache... Et voilà, ils apprennent que la fin du monde approche et c'est là que cela commence à se gâter. L'un d'eux creuse sa propre tombe, un autre dit à ses voisins tout ce qu'il avait à dire. Alors les villageois font n'importe quoi. Mais la fin du monde n'a pas lieu et ils doivent continuer à vivre ne pouvant plus le faire comme avant. J'espère que les spectateurs vont apprécier ce film. Il est sincère, il n'y a pas d'humour vulgaire, nous avons essayé de revisiter la notion de comédie » à la manière du cinématographe russe.

    C'est déjà une surprise par le fait qu'une personne telle que Taïssia d'ordinaire réservée, taciturne, peu souriante et un peu fermée (comme elle le dit elle-même) soit capable de tourner des comédies.Taïssia n'a pas compris tout de suite qu'elle avait envie de travailler dans ce genre. Pendant ses études à l'Institut de cinématographie, son professeur était le célèbre réalisateur Alexeï Utchitel et Taïssia tournait des films tout à fait différents.

    Pendant quatre ans j'ai tourné des documentaires sur les consommateurs de drogue, les pédophiles, les personnes amputées des membres inférieurs. Tout à coup j'ai compris que cela ne m'intéressait pas et que je voulais tourner des films simples, sincères et avec de l'humour : des tragi-comédies.

    Selon Taïssia, son premier film Larguez les amarres est une tragi-comédie, elle a l'intention de participer avec lui au Festival de Cannes. /L

    Lire aussi:

    «Faute d’amour» et d’autres nouveaux films russes à découvrir absolument
    «Arythmie», ce film russe qui répare les vivants et dissèque les âmes
    Révolution à Hollywood: un Russe a réalisé un film en 96 images par seconde
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik

    Plus de photos