Ecoutez Radio Sputnik
    Les contes de Léonard

    Les contes de Léonard

    Photo : it.wikipedia.org/Luc Viatour/сс-by-sa 3.0
    Culture
    URL courte
    0 28 0 0

    Un recueil de contes et de légendes de Léonard de Vinci va paraître en février en Russie. Le génie de la Renaissance est peu connu en Russie comme homme de lettres, et surtout comme conteur. Cela veut dire que cette publication dévoilera aux Russes une nouvelle facette de son talent.

    La rédactrice du recueil Contes et Légendes de Vinci Natalia Goussarova a souligné pendant son interview accordée à La Voix de la Russie que non seulement en Russie mais aussi dans le monde entier Léonard est peu connu comme conteur. Bien qu'au XVème siècle en Italie il était un écrivain reconnu.

    Si ce livre était apparu pendant la vie de Léonard, il n'aurait provoqué aucun étonnement, ses contemporains savaient que le grand peintre était un inventeur inépuisable et un narrateur magnifique. Ses histoires ont été transmises de bouche à l'oreille, du père au fils, du fils au petit-fils. Jusqu'à présent dans certaines villes italiennes, on racontait des contes, dont l'auteur était Léonard de Vinci.

    Le génie ne conservait  pas vraiment ses histoires. Il les écrivait de temps en temps dans les marges de feuillets avec des réflexions plus importantes. « Et ces feuilles, au moins la plupart d'elles, ont été perdues », raconte Natalia Goussarova.

    L'héritage manuscrit de de Vinci n'a pas été publié de son vivant. Après sa mort il s'est dispersé dans le monde entier. Plus de 7 000 feuilles éparses ont été retrouvées aujourd'hui. Les chercheurs n'ont commencé à réunir et à publier ce patrimoine littéraire dépareillé qu'au XIXème et au début XXème siècle.

    Les ouvrages scientifiques ont été publiés les premiers. Ensuite ce fut le tour des contes : dans les années 1970 ils ont été pour la première fois rendus publics par la Maison d'édition de Florence, Giunti. L'époque elle a été liée au père de Léonard : au XVème siècle l'édition a utilisé les services du notaire Piero de Vinci. Les Italiens ont découvert et ont recueilli une centaine de contes de leur grand compatriote. Dans les années 1980 ils ont été traduits en russe par le célèbre critique d'art, spécialiste de l'Italie, Alexandre Makhov. Le premier recueil russe de Vinci a vu le monde à la même époque. Cependant, les gens n'y ont pas fait attention parce que le pays a été secoué par des événements politiques sérieux, la Perestroïka qui a entraîné la chute de l'Union Soviétique, a commencé.

    La nouvelle édition c'est la même version d'Alexandre Makhov mais complétée par des images de l'artiste italienne Adriana Mazza Saviozzi. Le recueil contient 79 légendes, contes et paraboles courtes en prose, chacun d'une page au maximum. Les héros principaux sont les animaux et les plantes qui parlent et qui résolvent des problèmes tout à fait humains: se disputent à propos de la terre et de l'eau, tombent dans leurs propres pièges, se trouvent dans des situations absurdes en raison de la vanterie et de la paresse. On peut dire que tous les contes du monde entier ont les mêmes sujets : « Cependant, ce livre est très important ! », assure le traducteur Alexandre Makhov.

    « A notre époque de méfiance et de pragmatisme il est très important que les lecteurs, surtout les jeunes lecteurs puissent apprendre les idées du grand génie. J'espère bien que les belles et bonnes idéesbtoucheront les âmes et entreront dans la conscience. La vie est éternelle et infinie mais le bien contrairement au mal qui est autour, est aussi éternel et infini. Léonard y croyait ».

    Les contes de de Vinci nous le font connaître par une autre facette, affirme le traducteur ainsi que ses principes et ses points de vue sur la société. /L

    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik