Culture
URL courte
4220
S'abonner

34 musées syriens n'ont pas été ravagés par les terroristes grâce au fait que plusieurs pièces de musée aient été gardées dans des lieux sécurisés, a déclaré Eleonora Mitrofanova déléguée permanente de la Fédération de Russie auprès de l’Unesco.

"En se rappelant de l'expérience douloureuse concernant le pillage des musées en Irak, il faut saluer les efforts sérieux fait à temps par les Syriens", a dit Eleonora Mitrofanova.

Un musée a été détérioré dans la cité antique de Palmyre, a déclaré Mme Mitrofanova citant des représentants d'Unesco. D'après elle, le niveau des dégradations n'est pas encore connu. La déléguée permanente s'est déclarée confiante sur l'appui de la communauté internationale et des musées pour rétablir les collections syriennes dans l'avenir.

Auparavant, le directeur général du musée de l'Ermitage s'était dit prêt à contribuer à l'élaboration du projet de restauration de Palmyre.

La cité historique de Palmyre, qui était sous contrôle des terroristes depuis la mi-mai 2015, est l'un des six grands sites syriens inscrits sur la liste du patrimoine mondiale d'Unesco.

Les extrémistes de Daech qui sévissent en Syrie et en Irak, pays riches en patrimoine historique, ont lancé en 2014 une guerre contre l'héritage historique et culturel de ces terres souvent désignés comme des "berceaux des civilisations".

D'après Maamoun Abdulkarim, directeur des antiquités et des musées de Syrie, les terroristes de Daech ont déjà pillé des milliers de reliques anciennes: en plus des 2.000 objets confisqués en Turquie, 300 ont été restitués par la Jordanie, 90 par le Liban et plus de 6.500 ont été confisqués par les autorités syriennes à l'intérieur du pays.

Lire aussi:

1.230 mines neutralisées à Palmyre
Palmyre: 80% de l'architecture aurait été laissée intacte
La Grande barrière de corail fortement menacée
Les Bleus ont renoncé au dernier moment à mettre un genou à terre au début du match France-Allemagne et voici pourquoi
Tags:
héritage, monuments culturels, UNESCO, Syrie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook