Culture
URL courte
22157
S'abonner

Avec le nombre croissant d'Américains abandonnant la religion, l'Université de Miami a reçu un don d'un riche athée pour créer la première chaire universitaire "d'athéisme, d'humanisme et d'éthique laïque".

Les chaires de religion et les professeurs d'études religieuses sont très répandus dans la plupart des collèges et des universités américaines, fondés pour la plupart par des pasteurs et des églises. L'étude de l'athéisme et de la laïcité commence seulement à émerger comme une discipline académique acceptée, avec ses propres conférences, cours et maintenant, une chaire.

Après plusieurs années de discussion, la chaire d'athéisme a été établie suite à un don de 2,2 millions de dollars de Louis J. Appignani, ancien président de l'école de mannequinat Barbizon International, maintenant à la retraite. Ce n'est pas la première fois que le philanthrope fait des dons à des causes laïques et humanistes, mais celui-ci est de loin le plus important.

 

"J'essaie d'éliminer la discrimination à l'encontre les athées", a déclaré M. Appignani. "Rendre l'athéisme légitime est un pas dans la bonne direction."

En janvier, un groupe d'athées de l'Etat d'Ohio a proposé de supprimer la phrase "In God We Trust" ("Nous croyons en Dieu ") des billets de banque américains. Le porte-parole du groupe a souligné que cette phrase viole la Constitution des États-Unis, qui affirme la séparation de l'église et de l'Etat.

Selon le centre de recherche américain Pew, la proportion des gens n'appartenant à aucune confession religieuse a considérablement augmenté au cours de dernières années, passant de 16% en 2007 à 24% en 2014.

Lire aussi:

Les jeunes les plus athées du monde vivent en Islande
L'Eglise d'Ecosse permet à ses pasteurs d’avoir un époux de même sexe
En Allemagne, l’Eglise du Monstre en spaghettis volant privée de panneaux indicateurs
L'ancien international de rugby Christophe Dominici retrouvé mort dans les Hauts-de-Seine
Tags:
cadeau, athéisme, religion, Miami, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook