Ecoutez Radio Sputnik
    Kirill Serebrennikov

    Ce mystérieux «Disciple» du cinéaste russe Serebrennikov: du théâtre au cinéma

    © Photo. Natalia Butova
    Culture
    URL courte
    Oxana Bobrovitch
    4100

    Dans son 4e long-métrage «Le Disciple», Kirill Serebrennikov, un metteur en scène en vogue actuellement en Russie, pose la problématique de la manipulation des écritures saintes. Le metteur en scène de ce film, présenté au festival «Regards de Russie» à Paris, répond aux questions de Sputnik sur l’art, le développement de soi et sa nouvelle œuvre.

    Kirill Serebrennikov est persuadé que l'art consiste à poser des questions et que la religion en impose. Il explique que son nouveau film montre qu'elle peut être une forme de manipulation, utilisée par un jeune homme pour se jouer de ceux qui l'entourent. Pourtant, la problématique de son nouveau film, qui a certainement été l'un des plus forts moments du festival se tenant à l'occasion de la 14e Semaine du Сinéma russe à Paris, va au-delà du sujet de la manipulation des écritures saintes.

    Au premier plan se place la réaction de la société toute entière face à un individu qui s'en saisit et prétend être le seul détenteur de la vérité. Qu'est-ce qu'un groupe peut opposer à un fanatique ? Jusqu'à quel point risque-t-elle de s'enfoncer dans cette manipulation ? Peut-on devenir meilleur — ce à quoi appellent les écritures ?

    « On peut bien entendu devenir meilleur. — répond Kirill Serebrennikov — Mais on peut le faire dans le silence, l'harmonie et le calme. Quand c'est le silence autour de soi, quand les obus n'explosent pas, quand on n'a pas des gens qui tuent, que ça soit au nom d'Allah ou du Christ, on peut plonger dans les processus profonds du développement de soi… et devenir un être merveilleux ».

    Photo du film Uchenik (Le Disciple)
    © Photo. Natalia Butova
    Photo du film Uchenik (Le Disciple)

    Pour son nouveau film qui a été présenté dans le programme « Un certain regard » à Cannes, le metteur en scène de théâtre Kirill Serebrennikov adapte une pièce qu'il a lui-même mise en scène dans son Centre d'art théâtral moderne, le Gogol Centre de Moscou, et qui se joue à guichets fermés. Selon lui, il existe une différence profonde dans ces deux existences de la pièce : « la réalité dans le cinéma et sur scène est tout à fait différente » :

    « Le comédien sur scène doit obliger via son imagination le spectateur à croire qu'une construction bizarre sur scène est une forêt ou qu'une chaise posée au milieu est une classe. C'est tout le contraire dans le film ! On doit créer une réalité réaliste et le comédien doit y vivre comme dans la vie. Les comédiens qui ont joué dans mon film savent faire les deux, » confie M. Serebrennikov.

    Photo du film Uchenik (Le Disciple)
    © Photo. Natalia Butova
    Photo du film Uchenik (Le Disciple)

    Dans notre siècle où on a divisé à tout jamais la science et la religion, les Mendeleiev, les Pavlov sont-ils encore possibles ? Ces scientifiques qui alliaient des connaissances théologiques avec un attrait pour la science naturelle ? Ces personnes qui cherchaient la force qui est à l'origine de tout mouvement universel ?

    Selon le cinéaste russe, l'humanité ne reviendra plus jamais vers l'universalisme de la personne, puisque les hommes sont devenus des «slashers» et il s'explique :

    « Par exemple : "physicien/rhéologue" ou encore "artiste/linguiste des langues morts". Cette capacité de faire coïncider un soi des connaissances et savoir-faire différents est un des signes caractéristiques de notre siècle. Cela veut dire que les hommes essayent d'établir des liens horizontaux entre eux, parce que les liens verticaux proposés par l'État, les politiciens et l'Église ne fonctionnent plus, ils sont discrédités par la violence et les guerres qu'ils ont provoquées. Du coup, les hommes essayent de trouver en eux-mêmes plusieurs pôles, crochets, récepteurs pour s'agripper encore à quelque chose ».

    Photo du film Uchenik (Le Disciple)
    © Photo. Natalia Butova
    Photo du film Uchenik (Le Disciple)

    A la question de savoir si la personne pouvait trouver les réponses par elle-même, trouver l'harmonie dans ce monde, le cinéaste russe répond :

    « L'harmonie…. Je continue à la chercher. Je n'ai pas de réponses toutes faites, j'ai surtout plein de questions ! Je ne peux donner à personne de conseils sur leur vie. J'ai surtout envie de pousser le spectateur à réfléchir, à voir les choses habituelles sous un autre angle. C'est ma motivation profonde… qui s'adresse en premier lieu à moi-même ».

    Les spectateurs ont la possibilité d'essayer de percer les questions posées par le cinéaste soit lors du festival « Regards de Russie » entre le 9 et le 15 novembre dans trois cinémas à Paris : l'Arlequin, Le Majestic Passy et Le Reflet Médicis, soit sur les écrans en France, à partir du 23 novembre.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Lire aussi:

    Les films préférés de Poutine
    Quels sont les films préférés des dirigeants mondiaux?
    Andreï Kontchalovski : le mot important ici n'est pas « aiment » mais « les Russes »
    "Masha et Michka", le dessin animé russe qui a conquis le monde, dévoile ses secrets
    Choisissez votre personnage préféré de dessins animés soviétiques
    Tags:
    théâtre, festival, cinéma, Kirill Serebrennikov, Paris, France, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik