Ecoutez Radio Sputnik
    L’écrivain Fuminori Nakamura parle de l’amour des Japonais pour Dostoïevski

    L’écrivain Fuminori Nakamura parle de l’amour des Japonais pour Dostoïevski

    © Photo. Sputnik日本
    Culture
    URL courte
    4140

    L’écrivain japonais Fuminori Nakamura, lauréat de plusieurs prix, est venu en Russie pour la première fois pour présenter ses livres aux visiteurs de la Foire internationale annuelle du livre «Non/fiction». Dans une interview accordée à Sputnik, il a parlé de l’influence qu’a eu Dostoïevski sur lui et de l’amour des Japonais pour cet écrivain.

    Même malgré le fait qu'aucune de ses œuvres n'ait jamais été traduite en russe, c'est sa rencontre avec les mots du célèbre écrivain russe Fiodor Dostoïevski qui a défini son destin littéraire, confie le jeune écrivain japonais Fuminori Nakamura. Selon lui, Dostoïevski l'a sauvé lui faisant découvrir un nouveau monde, lorsque dans ses années de jeunesse il se cherchait et n'arrivait pas à trouver sa voie.

    « Dostoïevski joue un rôle immense dans ma vie. Il a pénétré mon âme tellement profondément, que je ne peux pas imaginer ce qu'il y aurait si je ne l'avais pas eu dans ma vie. Si je n'avais pas lu Les frères Karamazov, je pense que je ne serais pas devenu écrivain étant jeune. Mes débuts littéraires ont eu lieu quand j'avais 25 ans, mais probablement que je serais devenu écrivain beaucoup plus tard sans les romans de Dostoïevski ».

    Il explique qu'il s'était toujours senti très « obscur » et dans les œuvres de Dostoïevski il a trouvé des personnages pareils, ce qui l'a aidé à comprendre que cette obscurité pourrait peut-être l'aider en tant qu'auteur.

    « En outre, les héros de ces œuvres prononcent des paroles de salut qui ont fait écho dans mon cœur, qui m'ont sauvé ».

    Il a également estimé que les personnages que Dostoïevski créent dans ces œuvres sont très proches des Japonais, parce qu'il parle du côté obscur de l'être humain, pose les questions du bien et du mal. En plus, les livres de Fiodor Dostoïevski sont très populaires au Japon. La nouvelle traduction du roman Les frères Karamazov s'est vendue par millions.

    En ce qui concerne le salon en lui-même, il a confié :

    « J'ai été surpris de voir à quel point cette exposition est grande, combien il y a de visiteurs. J'ai déjà assisté à des foires du livre dans différents pays, mais celle-là est vraiment grandiose. J'aime que les visiteurs achètent beaucoup de livres. J'ai vraiment réussi à comprendre à quel point la culture de la lecture est profonde en Russie ».

    Après Moscou, le jeune écrivain se rendra dans la capitale du nord de la Russie. Il a confié qu'il attendait cette rencontre avec le Saint-Pétersbourg décrit dans les romans de son auteur préféré avec impatience et émotion.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Lire aussi:

    «Je ne veux pas tuer 10 millions de personnes»: Trump dit qu'il pourrait gagner la guerre en Afghanistan en une semaine
    Deux CRS retrouvés morts en France en quelques heures
    Un avion militaire libyen armé de missiles air-sol viole l’espace aérien tunisien et atterrit en urgence – images
    Tags:
    littérature, Fuminori Nakamura, Fiodor Dostoïevski, Saint-Pétersbourg, Russie, Moscou, Japon
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik