Ecoutez Radio Sputnik
    Stonehenge

    Les tueurs des constructeurs de Stonehenge identifiés

    CC0 / Pixabay
    Culture
    URL courte
    3214
    S'abonner

    Une équipe internationale de scientifiques a identifié les tueurs possibles des constructeurs de Stonehenge. Probablement, un peuple qui habitait les actuels Pays-Bas est en cause.

    Après l'analyse de plus d'un million de fragments d'ADN des Européens qui peuplaient le continent et les îles les plus proches entre 4 700 et 1 200 ans avant notre ère, des scientifiques ont constaté que la population autochtone de Grande-Bretagne avait été évincée par un peuple qui est arrivé sur l'île vers 2 500 avant J.-C., au moment de la construction de Stonehenge, d'après un rapport publié sur le site bioRxiv.

    Plus précisément, il s'agit de la culture campaniforme qui s'est propagée en Grande-Bretagne par la voie de la migration et non par celle de l'emprunt culturel, comme cela a été le cas sur le continent. 

    Selon l'archéologue Marc Vander Linden de l'University College de Londres, deux modèles différents de propagation ont été découverts.

    Sur le continent, à l'arrivée des artefacts campaniformes, il n'y a pas de changement dans les profils ADN des personnes qui vivaient à l'époque. Autrement dit, il n'y a pas eu de remplacement.

    « En Europe, ce sont les pots et d'autres artefacts à la mode qui se sont déplacés, pas les gens », explique M. Vander Linden.

    En ce sens, la Grande-Bretagne fait exception. L'arrivée des artefacts campaniformes sur l'île coïncide exactement avec la disparition des signatures génétiques des habitants de l'âge de la pierre. Elles ont été remplacées par l'ADN associé à un groupe d'utilisateurs des pots dont des traces ont été découvertes dans une région des Pays-Bas modernes.

    En d'autres termes, les artefacts en question ne sont pas apparus sur l'île comme une mode exportée mais comme des objets portés par des vagues de migrants ou par des personnes menant une invasion. Une fois en Grande-Bretagne, les arrivants ont remplacé la population de l'âge de la pierre.

    Pourtant, les scientifiques n'ont pas encore trouvé d'indices prouvant que la population autochtone ait disparu par la voie de violence. Pour le moment, aucune trace de bataille n'a été trouvée.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

     

     

    Tags:
    archéologie, Stonehenge, Royaume-Uni
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik