Culture
URL courte
220
S'abonner

Sputnik a contacté un ami de Salvador Dali pour connaître son opinion sur l'histoire de son exhumation obtenue par l'Espagnole Pilar Abel qui prétend être la fille du peintre.

L'exhumation du maître du surréalisme Salvador Dali, réalisée à la demande de sa soi-disant fille Pilar Abel, a été «une grave erreur», mais le peintre l'«aurait appréciée», estime le professeur d'arts plastiques de l'Université de Barcelone et ami de l'artiste, Carlos Velilla.

«Il l'aurait appréciée puisqu'il s'est toujours considéré comme immortel. Mais ils ont commis une grave erreur. Dès le début, il était clair qu'elle n'était pas sa fille, nous le savions tous», a déclaré l'interlocuteur de l'agence.

Mercredi, la Fondation Dali a annoncé que les tests ADN effectués sur des échantillons de tissus prélevés sur la dépouille du peintre avaient prouvé que ce dernier n'était pas le père de Pilar Abel, qui avait obtenu de la justice son exhumation. Cette dernière a cependant annoncé vouloir contester les résultats des tests.

«Sa mère lui disait des tas de choses, et elle lui croyait. Cette histoire laisse planer une ombre sur la réputation du grand peintre. Or, elle ne recevra pas un centime de son héritage», a indiqué M.Velilla.

«Il ne faut pas faire sa pelote sur les artistes. Il ne fallait pas exhumer Dali», affirme-t-il.

Si les tests avaient prouvé sa filiation, Mme Abel aurait pu prétendre à un quart de l'héritage de l'artiste, légué à sa mort à l'État espagnol et géré par la fondation Gala-Dali. Après l'annonce des résultats des tests, la fondation s'est félicitée de la «fin d'une polémique absurde et artificielle».

Lire aussi:

Salvador Dali va être exhumé
Et si Salvador Dali avait des enfants? Son corps exhumé à la demande d’une voyante
Exhumation de Dali: sa fameuse moustache toujours intacte 30 ans après sa mort
Un mort et un blessé par balles devant un hôpital à Paris
Tags:
exhumation, peintre, peinture, Carlos Velilla, Pilar Abel, Salvador Dali, Espagne
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook