Culture
URL courte
34814
S'abonner

La France a décidé de racheter le célèbre manuscrit des «120 Journées de Sodome» du Marquis de Sade, prévu pour être vendu aux enchères, le considérant comme un trésor national.

Le manuscrit des «120 Journées de Sodome» du Marquis de Sade, l'un des lots phares de la première vente du fonds Aristophil, a été classé trésor national, ce qui interdit sa sortie du territoire.

Le ministère de la Culture «a proposé une négociation de gré à gré pour l'acquisition de cette œuvre au prix du marché international», a précisé lundi le commissaire-priseur Claude Aguttes, cité par l'AFP.

Cette décision pourrait entraîner le retrait de la vente du manuscrit autographe de Sade (estimé de quatre à six millions d'euros), achevé à la fin de 1785, alors qu'il était emprisonné à La Bastille. Il se présente sous la forme d'un rouleau de 12,10 m de longueur, constitué de petites feuilles de 12 cm de large collées bout à bout. De Sade croyait l'avoir irrémédiablement perdu lors de l'incendie de la forteresse, le 14 juillet 1789, et le pleura «en larmes de sang».

Les personnages du roman, quatre aristocrates âgés de 45 à 60 ans, s'enferment dans un château perdu avec quarante-deux victimes soumises à leur pouvoir absolu. Quatre proxénètes, se succédant de mois en mois, font le récit de six cents perversions, à raison de cent cinquante chacun, que les maîtres du château mettent souvent en pratique à l'instant même.

L'ouvrage se compose sous forme de journal de quatre parties (la première est achevée, les suivantes semblent de simples plans) qui correspondent à chacun des quatre mois. La plupart des victimes périssent dans d'épouvantables tourments.

Lire aussi:

Ces 25 propriétaires du 93 ont appris par simple lettre qu’ils étaient expropriés
Plusieurs villages français seront privés d’Internet à cause de la 5G
Un eurodéputé surpris dans une orgie gay à Bruxelles présente sa démission
Tags:
vente aux enchères, littérature, manuscrit, Le marquis de Sade, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook