Ecoutez Radio Sputnik
    Momie de la princesse d’Altaï

    Cette nouvelle technologie «fait parler» les momies égyptiennes

    © RIA Novosti. Alexander Kryazhev
    Culture
    URL courte
    0 91

    Des chercheurs de Londres ont mis au point une nouvelle technique de balayage qui leur permet d'examiner les inscriptions laissées sur les papyrus utilisés pour envelopper les momies, sans détruire les objets millénaires.

    Une nouvelle technique de balayage est capable de déchiffrer les messages écrits sur le papyrus qui était utilisé par les anciens Égyptiens pour envelopper les momies.

    Des chercheurs de l'University College de Londres (UCL) ont scanné des fragments de papyrus vieux de 2.000 ans pour découvrir ce qui était écrit dessus. L'écriture est obscurcie par la pâte et le plâtre utilisés pour façonner la momie, mais les chercheurs ont réussi à examiner l'écriture en dessous en les scannant avec un type de lumière qui rendait l'encre visible.

    «Parce que le papyrus a été utilisé pour fabriquer des objets de prestige, ils ont été conservés pendant 2.000 ans», a déclaré à la BBC le professeur de l'UCL Adam Gibson.

    En utilisant cette technique, l'équipe a scanné une momie conservée dans un musée du château de Chiddingstone dans le Kent et a réussi à trouver des écritures jusqu'ici inconnues. L'un des mots écrits sur le socle était «Irethorru», un prénom commun en Égypte à cette époque.

    En décembre, il a été rapporté que des scientifiques de l'Université de Chicago utilisaient la radiographie synchrotron de haute intensité pour effectuer une analyse 3D des momies égyptiennes anciennes, sans retirer leurs bandelettes de lin.

    Lire aussi:

    Une nouvelle momie découverte par des archéologues russes en Égypte
    Égypte: 17 momies découvertes dans une région pauvre en sites archéologiques
    Une équipe russo-néerlandaise essaie avec succès un scanner IRM novateur sur des bénévoles
    Tags:
    scanner, momie, balayage, University College de Londres, Adam Gibson, Egypte
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik