Culture
URL courte
151
S'abonner

Grâce au service de streaming Netflix, les téléspectateurs étrangers pourront visionner le nouveau film russe «Dovlatov», qui lève le voile sur la vie de l'écrivain soviétique Sergueï Dovlatov. Le film a déjà obtenu un ours d'argent au Festival international du film à Berlin.

Après le festival du film de Berlin, Netflix s'est procuré les droits de diffuser le drame «Dovlatov», a annoncé le service de presse du film. L'œuvre du réalisateur russe Alexeï Guerman Jr. sera disponible aux abonnés du service de streaming en Amérique du Nord, au Royaume-Uni, en Australie et en Nouvelle-Zélande, ainsi qu'en Scandinavie.

De plus, le responsable des ventes de la société Alpha Violet a accepté de projeter ce film en France, en Italie, en Espagne, au Brésil et au Portugal.

Le réalisateur de ce drame plonge les téléspectateurs dans la vie du romancier soviétique Sergueï Dovlatov. Alexeï Guerman Jr. s'est concentré sur quelques jours de la vie de l'écrivain en 1971. Dovlatov et le poète Joseph Brodsky n'avaient pas encore quitté l'URSS à cette époque. Le film dépeint la relation étroite du duo. Ils ont été obligés de fuir le pays, car leurs œuvres n'y étaient pas publiés.

La costumière, Elena Okopnaya, a remporté un ours d'argent au Festival international du film à Berlin pour son travail sur ce film.

Sergueï Dovlatov est un célèbre écrivain soviétique. Il est né le 3 septembre 1941 à Oufa et il est mort le 24 août 1990 à New York.

Lire aussi:

Deux millions de Français contaminés par le Covid-19, affirme une étude britannique
L’une des plus puissantes balles de calibre 9 mm mise au point en Russie
Les premiers résultats du test du vaccin contre le coronavirus publiés aux USA
En plein confinement, les chèvres ont pris le pouvoir dans cette ville galloise - vidéo
Tags:
diffusion, cinéma, Ours d'argent, Berlinale, Netflix, Sergueï Dovlatov, Portugal, Brésil, Espagne, Italie, URSS, Scandinavie, France, Nouvelle-Zélande, Australie, Royaume-Uni, Amérique du Nord, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook