Ecoutez Radio Sputnik
    Lola Astanova

    Le concert de cette pianiste américaine a «brisé la glace» entre les USA et la Russie

    © Photo. lolaastanova/instagram
    Culture
    URL courte
    10266

    La musique, cette langue universelle qui nous rapproche, explique à Sputnik la pianiste américaine d’origine soviétique Lola Astanova, qui après avoir joué l’hymne américain lors du concert à la Maison-Blanche à l’occasion du Jour de l'Indépendance, nous a confié vouloir contribuer au rapprochement entre États-Unis et Russie.

    La pianiste américaine d'origine soviétique Lola Astanova, qui a récemment joué l'hymne américain sur la pelouse de la Maison-Blanche lors de la célébration du Jour de l'Indépendance le 4 juillet dernier, a partagé à Sputnik sa vision du rôle que pourrait jouer la musique dans le développement des relations entre la Russie et les États-Unis.

    «Étant une Américaine de première génération, je suis heureuse d'être invitée à jouer le hymne national lors de l'évènement le plus important de l'année [aux États-Unis, ndlr]. […] C'est un grand honneur, je suis très flattée», a déclaré Mme Astanova.

    «[Le 4 juillet] est un jour très important pour les 300 millions de personnes qui habitent dans ce pays. […] C'est le seul jour de l'année où nous oublions nos différences et nous nous rappelons de ce qui nous unit. […] Cette tradition est plus importante que n'importe quel président. Comme le veut le protocole, le Président organise un pique-nique pour les familles de militaires à la Maison-Blanche, c'est notamment pourquoi j'ai accepté cette invitation», a ajouté la pianiste.

    Quant à sa réaction à l'issue du concert, Mme Astanova la considère comme positive car «c'est un grand honneur de jouer à la Maison-Blanche quel que soit le Président».

    Elle a également comparé sa participation au concert du 4 juin à la performance du pianiste Van Cliburn lors de l'entretien historique entre le Président américain de l'époque Ronald Reagan et le dirigeant soviétique Mikhaïl Gorbatchev en 1987, à Washington.

    «Ce fut un moment historique qui a permis de briser la glace entre les deux pays et nous a montré que nous étions beaucoup plus proches que nous ne le pensions.. […] Je pense que c'est la force de la musique. Et si je peux un peu montrer aux gens que la créativité est présente dans nos deux cultures, alors je serai heureuse», a souligné Mme Astanova.

    Car la musique est la «seule langue universelle» nous dit-elle: «J'ai des admirateurs à la fois aux États-Unis et en Russie. J'ai été en Argentine, où habitent des gens d'origines et d'opinions différents. La musique est ce qui nous uni», a conclu la pianiste auprès de Sputnik.

    Lire aussi:

    Le physique et la musique de cette pianiste russo-américaine font tourner les têtes
    Sanctions, «quelque chose de momentané. Partout il y a une sorte de crise dans l’art»
    Vladimir Poutine remet ça et joue du piano
    Tags:
    relations bilatérales, relations, culture, musique, concert, présidence américaine, Mikhaïl Gorbatchev, Ronald Reagan, Lola Astanova, Washington, URSS, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik