Ecoutez Radio Sputnik
    «Fiesta Club Privée»

    After Party ou le charme des discothèques une fois la fête terminée

    © Photo. François Prost
    Culture
    URL courte
    Mike Beuve
    0 12

    Avec sa série de photos «After Party», François Prost démythifie l’imaginaire qui entoure les discothèques en photographiant leurs devantures en plein jour. Rencontre avec le photographe qui expose son travail chez Supérette (Paris) jusqu’au 16 novembre 2018.

    Depuis 2011, le photographe autodidacte François Prost, passé notamment par la Fabrica (Italie), sillonne les routes de France et de Belgique à la recherche de discothèques. Le photographe réalise un inventaire schématique de ces endroits, objets de tous les fantasmes, où la jeunesse ressent son premier frisson de liberté. Baptisée «After Party», cette série photo récompensée par le prix Fidal Youth Photography Award en 2016 rend hommage à ces lieux nocturnes tout en les démythifiant. Et pour cause, François Prost les photographie… en plein jour.

    Sputnik: comment est née cette idée de prendre des discothèques en photo durant la journée?

    François Prost: Lors d'un voyage à vélo en province, je me suis retrouvé à devoir attendre un ami sur un parking de discothèque. J'ai décidé de prendre cet endroit en photo, un peu par hasard mais également parce qu'il m'avait fasciné de manière assez naïve. Il y avait encore des bris de glace au sol, on pouvait deviner qu'il y avait eu une fête la veille. Le fait d'être en tenue de sport et d'avoir 30 ans à l'époque, je me sentais en total décalage avec l'endroit. L'autre aspect fascinant du lieu, c'est qu'il était dépourvu de sa fonction initiale: la fête.

    Quelques années plus tard, je suis retombé sur ce cliché et je me suis dit que c'était un sujet intéressant qui méritait d'être développé, car lorsque l'on analyse ces discothèques la journée, ce sont finalement des lieux assez quelconques.

    L. Attutude Club
    © Photo. François Prost
    L. Attutude Club

    On sent transparaître une forme de nostalgie dans cette série photo, quel rapport entretenez-vous avec les boîtes de nuit?

    François Prost: Comme tout le monde, je suis sorti en discothèque. J'ai trouvé le sujet universel et révélateur. Finalement, on se construit en tant qu'adulte dans ces lieux, même si c'est souvent un peu moqué, il n'empêche que c'est l'endroit où on a ses premières sensations de liberté en tant qu'adolescent. Il y a tout un fantasme autour des discothèques, on a l'impression qu'il y a quelque chose de très subversif et qu'il s'y passe plein de trucs un peu fou. En prenant du recul, on se demande: «est-ce que j'ai vraiment besoin d'aller m'enfermer entre 4 murs, payer des consommations assez cher dans des lieux qui ne font pas forcément tant rêver que cela?» C'est étrange, car cela peut sembler être une critique mais faire cette sorte d'énumération des discothèques en France, c'est une forme d'hommage à ces lieux qui sont aussi remplis de charme d'une certaine manière.

    La Niagara
    © Photo. François Prost
    La Niagara

    Les discothèques que vous avez prises en photo se situent toutes en banlieue ou en zone péri-urbaine, pourquoi ce choix?

    François Prost: J'ai commencé à faire ça à Paris, je me suis vite rendu compte que ce n'était pas très intéressant, car trop chargé. Etant donné que je souhaitais faire un inventaire, hyper schématique, quelque chose d'assez simple, en définitive. Je me suis donc concentré sur les endroits où les images me plaisaient. L'idée de base n'était pas que de montrer des lieux de province ou un peu perdus. Après, il est vrai que cela s'y prête bien. Plus les lieux sont reculés et esthétiquement marqués, plus photographiquement ils sont intéressants.

    Le Mylord
    © Photo. François Prost
    Le Mylord

    Quelle photo de la série «After Party» vous plaît le plus ou quelle est celle qui a une signification particulière pour vous?

    François Prost: C'est celle de la «Fiesta Club Privée». Je la trouve réussie, car les éléments qu'elle montre sont assez folkloriques, il y a des palmiers en plastique, il y a tout un univers féérique et onirique qui est fascinant. On se demande si c'est un vrai lieu ou si c'est un décor. Le spectateur de cette photo est projeté vers quelque chose de presque surnaturel, c'est ce que j'aime bien.

    «Fiesta Club Privée»
    © Photo. François Prost
    «Fiesta Club Privée»

    Il y a également une photo que j'ai réalisée récemment qui s'appelle «La Nuit», dans l'Aveyron. Je trouve que c'est un lieu assez parlant de par son architecture et son accessoirisation.

    «La Nuit»
    © Photo. François Prost
    «La Nuit»

    Dans ces deux images, ce que je trouve marrant c'est que l'on ne sait plus trop si on est en France. En effet, de nombreuses personnes, en regardant ces photos, ont l'impression qu'elles ont été prises aux États-Unis.

    Osmose
    © Photo. François Prost
    Osmose

    C'est intéressant, car cela dit aussi quelque chose sur le paysage français. La France est connue pour son côté traditionnel: le petit village, le clocher d'église ou encore la mairie avec son drapeau tricolore. Néanmoins, depuis 50 ans, la France, c'est également beaucoup de zones industrielles, de zones péri-urbaines et de préfabriqués.

    Le QG
    © Photo. François Prost
    Le QG

    Quand on voyage un peu en France, on se rend compte que tous ces endroits représentent une grande partie du territoire. Ces lieux s'inscrivent bien dans cette zone un peu floue entre la ville et la campagne. Tout le monde trouve ça moche mais c'est une réalité et il y en a beaucoup. Cela soulève également une question en filigrane: que va-t-il advenir de ces territoires dans 50 ou 100 ans?

    Bubble No Limit Club
    © Photo. François Prost
    Bubble No Limit Club

    François Prost expose son travail chez Superette, dans le Xème arrondissement de Paris jusqu'au 16 novembre 2018.

    Lire aussi:

    La France ne veut plus faire la fête
    Réplique chinoise de Paris: sauriez-vous distinguer la vraie de la copie? (photos)
    Les 10 endroits les plus encombrés de la planète
    Tags:
    exposition, photos costumées
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik