Ecoutez Radio Sputnik
    Théâtre du Nouveau Monde

    Et de 3! Été meurtrier pour les spectacles au Québec

    CC BY-SA 3.0 / Jeangagnon / Théâtre du Nouveau Monde
    Culture
    URL courte
    Jérôme Blanchet-Gravel
    519

    Au Québec, deux pièces de théâtre ont été récemment annulées en réponse aux revendications de certains mouvements antiracistes. Mais depuis, un autre genre de spectacle est dans la ligne de mire des manifestants. Des défenseurs des droits des animaux veulent faire interdire un spectacle mettant à l’honneur des chevaux.

    Dans quelques années, on se souviendra peut-être de l'été 2018 au Québec comme celui des controverses artistiques devenues… politiques.

    Le 26 juin dernier, une centaine de personnes se sont rassemblées devant le Théâtre du Nouveau Monde, à Montréal, pour manifester contre la tenue d'un spectacle de Robert Lepage. Visant pourtant à promouvoir la culture noire, le spectacle a été jugé raciste par un certain nombre de militants montréalais.

    Parce qu'il présentait des chants d'esclaves noirs tout en mettant en scène des artistes blancs, le célèbre dramaturge aurait fait preuve «d'appropriation culturelle». Quelques jours après le début de la controverse, toutes les représentations du spectacle ont été annulées par le Festival international de Jazz de Montréal.

    Un été pas comme les autres pour les artistes québécois

    Après cette annonce, plusieurs chroniqueurs ont averti dans les médias que l'incident pourrait constituer un grave précédent. Ils ont relevé qu'interdire un premier spectacle pourrait favoriser le retrait d'autres spectacles à l'avenir. Plusieurs se sont donc opposés au message que cette décision pouvait envoyer. Le 4 juillet, une chroniqueuse bien connue du Journal de Montréal, Josée Legault, a écrit:

    «En annulant SLAV, le Festival International de Jazz de Montréal commet malheureusement une gravissime erreur de jugement. Une erreur qui, surtout, en ce XXIe siècle au Québec, risque fort de constituer un inquiétant précédent en matière de liberté artistique, de création et d'expression.»

    Il n'aura pas fallu plus de trois semaines pour conforter la chroniqueuse dans son opinion. Le 26 juillet, une deuxième pièce de Robert Lepage a été annulée après le déclenchement d'une autre controverse. Le spectacle Kanata, qui retrace l'histoire des peuples autochtones du Canada, a lui-aussi été condamné par une frange du mouvement antiraciste. Pour prévenir d'éventuelles pertes financières, les producteurs ont décidé de mettre fin au projet.

    L'annulation de ces deux spectacles n'a pas seulement fait réagir les chroniqueurs au Québec. Le chef du Parti québécois, Jean-François Lisée, a écrit sur Twitter qu'il s'agissait d'un intolérable «recul pour la liberté artistique». Quant au chef de la Coalition Avenir Québec, François Legault, il a affirmé qu'il s'agissait d'un phénomène «dangereux»:

    «On ne peut pas commencer à empêcher, à bloquer, la liberté d'expression. Des artistes comme Robert Lepage ont le droit de s'exprimer. Je trouve ça dangereux qu'une société s'oppose à ce genre de spectacle», a déclaré François Legault lors d'une conférence de presse donnée dans la région de la Beauce.

    Précisons que François Legault est le candidat pressenti au poste de Premier ministre du Québec à l'issue du scrutin du 1er octobre prochain. Sa possible élection changera-t-elle l'atmosphère au Québec? Quoi qu'il en soit, il aura du pain sur la planche parce qu'une troisième controverse a vu le jour malgré les vacances estivales. Le 29 juillet dernier, la presse a rapporté que des affiches du spectacle Odysseo avaient été vandalisées à Montréal. Des défenseurs des droits des animaux veulent faire interdire le spectacle lancé le 25 juillet dernier. D'autres représentations sont prévues dans les semaines à venir.

    Une, deux puis trois controverses: un effet d'entraînement

    Restés anonymes, les activistes dénoncent le «spécisme» dont feraient preuve les producteurs du spectacle Oydesso, la compagnie Cavalia. Le spécisme est un concept apparu dans le monde anglophone dans les années 1970, qui renvoie à une sorte de «racisme» envers les animaux. L'un des grands promoteurs de cette notion est le philosophe australien Peter Singer, à qui l'on doit le célèbre essai Animal Liberation. Les antispécistes plaident pour l'établissement d'une relation plus «égalitaire» entre les êtres humains et les autres animaux.

    Vers une révolution animale?

    Une trentaine de personnes étaient présentes à la première représentation du spectacle Odysseo pour manifester. Mais deux autres vigiles «antispécistes» sont déjà prévues à Montréal les 7 et 12 août prochains. Le 31 juillet dernier, une vigile du même genre a également eu lieu au Zoo de Granby, une attraction très importante pour l'économie de la Montérégie. Les militants présents ont affirmé que leur objectif était de faire fermer le zoo pour mettre fin à l'exploitation animale.

    Des boucheries vandalisées

    Précisons que ces manifestations surviennent environ un an après que des militants antispécistes et végétariens ont vandalisé une boucherie à Montréal. Le 28 juin 2017, des activistes ont fracassé la vitrine d'une boucherie du quartier Griffintown et laissé un message haineux à leurs propriétaires. Ces derniers ont été avertis de ne plus «mutiler et de vendre les animaux non humains». Le message laissé sur les lieux disait aussi que de plus en plus de boucheries seraient vandalisées dans la métropole.

    Plus récemment, le Journal de Montréal nous a appris qu'une bouchère de 26 ans avait reçu des menaces de mort de la part d'activistes antispécistes et végétariens. Les militants de la cause animale auraient aussi réussi à faire fermer son compte Instagram, ce qui l'aurait privé de nombreux contrats. 

    Lire aussi:

    Le Québec est-il l’eldorado de l’emploi?
    «Vive le Québec libre»: de Gaulle et le Québec
    Un spectacle des plus extravagants: course de taureaux aux Fêtes de San Fermin en Espagne
    Tags:
    théâtre, spectacle, censure, Festival International de Jazz de Montréal, Montréal, Québec
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik