Ecoutez Radio Sputnik
    Le vol du célèbre tableau de Kouïndji

    «Le casse du siècle»: le vol «détendu» d’une œuvre d’un célèbre musée de Moscou (vidéo)

    © Sputnik . Vladimir Vyatkin
    Culture
    URL courte
    5143

    C’est un vol sans violence et très osé qui s’est déroulé dans l’un des plus célèbres musées de Moscou, la galerie Tretiakov. Un tableau estimé à 160.000 euros a été volé sous les yeux des visiteurs et des caméras de surveillance. L’œuvre a été retrouvée et un suspect arrêté.

    Les caméras de surveillance de la galerie Tretiakov de Moscou ont filmé en intégralité le vol de l’œuvre «La Crimée. Aï-Petri», du célèbre paysagiste russe d'origine gréco-pontique Arkhip Kouïndji. Ces séquences ont été diffusées par le ministère russe de l’Intérieur.

    L’on voit un homme, présent dans la salle d'exposition en tant que visiteur, retirer le tableau du mur et repartir avec l'œuvre dans les mains. Il était entouré d'autres visiteurs, ne réagissant pas à cet acte.

    Auparavant, la porte-parole du ministère russe de l'Intérieur, Irina Volk, avait déclaré que l'individu soupçonné du vol avait été arrêté dans la région de Moscou. Le tableau a été récupéré en parfait état.

    Il s'agit d'un homme de 31 ans. En décembre 2018, il avait été interpellé par la police pour possession de drogue et fait l'objet de poursuites pénales. Il nie néanmoins toute implication.

    La police est désormais en quête de complices.

    Le célèbre tableau a été volé dimanche soir à la galerie Tretiakov de Moscou, lors d'une exposition temporaire consacrée au paysagiste russe Arkhip Kouïndji. Selon les médias, le tableau était assuré pour un montant de 12 millions de roubles (environ 160.000 euros).

    Lire aussi:

    Une œuvre d’un peintre renommé volée à la galerie Tretiakov de Moscou
    Il y a 125 ans, la galerie Tretiakov ouvrait ses portes au public
    Un crime imparfait: des voleurs obligés de remettre leur butin en place (vidéo)
    Tags:
    tableau, vol, art, Moscou
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik