Culture
URL courte
Par
0 111
S'abonner

Le ministère russe de la Culture souhaite présenter les «Saisons russes» en France. Paris n'a pas oublié les performances de la compagnie de ballet de Serguei Diaghilev, au début XXe siècle, quand les noms de Nijinski, Pavlova, Balanchine, Lifar ou Chaliapine vibraient et faisaient rêver les amateurs. L'engouement sera-t-il le même au XXIe siècle?

Lors d'une réunion de travail, Alla Manilova, ministre adjointe de la Culture russe, a lancé l'idée d'organiser des «Saisons russes» à Paris en 2020.

«J'ai proposé au ministère des Affaires étrangères de démarcher la France pour qu'elle accueille des "Saisons russes". Les diplomates soutiennent cette idée.»

En 2017, pour la première fois, le festival «Saisons russes» —qui porte ce nom en souvenir des prestations de la troupe de ballet de Sergei Diaghilev- s'est déroulé au Japon, où il a rassemblé plus de 3,5 millions de spectateurs, dans 42 villes du pays.

«Nous avons déjà organisé ces Saisons dans beaucoup d'endroits. Il ne faut pas oublier où Diaghilev a commencé. Il serait absurde le reporter cette idée plus longtemps», a souligné la ministre adjointe.

«Les Saisons russes» ont été données par la célèbre compagnie de ballet russe rassemblée en 1907 par l'impresario Sergei Diaghilev. La première saison a eu lieu au théâtre parisien du Châtelet en 1909. Pour les Français, ce fut une véritable découverte de la Russie et de son art impressionnant de la danse. C'est à Paris que Diaghilev avec Les Ballets russes a écrit une nouvelle page dans l'histoire de cet art…

Lire aussi:

Six touristes français tués dimanche au Niger par des hommes armés
Dispersion des manifestants à Minsk, la police utilise des grenades assourdissantes - vidéos
Où est passé le navire ayant apporté le nitrate d’ammonium à Beyrouth?
Présidentielle en Biélorussie: les premières estimations
Tags:
ballet, festival, George Balanchine, Anna Pavlova, Vaslav Nijinski, Sergei Diaghilev, Alla Manilova, Serge Lifar, Paris, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook