Culture
URL courte
Par
4280
S'abonner

Beaucoup de voyageurs en rêvent, Laurent Canches l’a fait. Caméra à la main, il a parcouru des milliers de kilomètres à bord du Transsibérien. Le réalisateur de «Terminus Vladivostok» est l’invité de Sputnik.

«Tous les matins, on met les montres à l'heure. Le train avance et le Soleil retarde», écrivait Blaise Cendras à bord du Transsibérien. Un siècle plus tard, c'est le tour du réalisateur Laurent Canches d'écouter le rythme monotone du train en mouvement.

Pourtant, traverser la Russie d'ouest en est, jusqu'à l'Extrême-Orient de la Sibérie, chercher la frontière «est» de l'Europe, évoquer le sentiment européen avec des centaines de compagnons de route n'a rien de monotone. Les récits d'écrivains russes du passé et d'aujourd'hui — Alexandre Blok, Piotr Tchaadaïev, Fiodor Dostoïevski, Anton Tchekhov — se fondent et s'entremêlent dans ce voyage actuel avec les récits et les histoires véridiques des femmes et des hommes… il a suffi à Laurent Canches d'aiguiller sa vie.

Lire aussi:

Les talibans annoncent un nouveau crash, cette fois d'un hélicoptère, dans le sud-est de l'Afghanistan
Ce qu’il en coûte de voler des montres au roi du Maroc
«Ce qui s’est passé en Algérie est pire que la Shoah»: un historien algérien réagit aux déclarations de Macron
Tags:
documentaire, cinéma, Transsibérien, Laurent Canches, Sibérie, Europe, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik