Ecoutez Radio Sputnik
    Drapeaux russe, européen et français installés à Nice (Archives)

    Le «Dialogue Franco-Russe» face aux challenges de l'actualité politique

    © Sputnik . Vladimir Sergeev
    Culture
    URL courte
    Oxana Bobrovitch
    7200

    La relatin entre les sociétés civiles russe et française est une tradition tricentenaire. Des liens qui se sont maintenus en dépit des bouleversements sociaux et politiques. Elle ses traduisent par un foisonnement de structures de dialogue. Parmi elles, l'association Dialogue Franco-Russe s'inscrit depuis 15 ans dans cette lignée historique.

    «Tout mouvement ou association qui peut contribuer au rapprochement de nos deux peuples, est nécessaire et utile», dit à Sputnik Hugues Malbert, membre du bureau du Dialogue franco-russe.

    Le Dialogue Franco-Russe, une association créée par Vladimir Poutine et Jacques Chirac, fête ses 15 ans et compte bien continuer encore longtemps à servir de pont entre les sociétés civiles françaises et russes.

    Elle réunit des hommes d'affaires, des personnalités culturelles, des hommes politiques et même des membres du gouvernement et doit désormais faire avec la crispation politique, notamment autour de la question de la Crimée. Cela n'empêche pas les échanges, mais cela les rend moins euphoriques. À ce titre, le débat prévu le 23 mai prochain au Centre spirituel et culturel orthodoxe russe annonce la couleur. Renaud Girard, chroniquer international au Figaro et Piotr Tolstoï, vice-président de la Chambre basse du Parlement de Russie, la Douma, comptent s'attaquer au nœud du problème: «Comment stabiliser les relations entre la Russie et les pays occidentaux?».

     
    Une association qui s'inscrit dans une longue tradition. En effet, en 2017, la Russie et la France ont fêté les 300 ans d'établissement des relations diplomatiques entre les deux pays. Au fil du temps, les deux peuples ont été tantôt hostiles, tantôt amis, adversaires ou alliés dans les guerres qui ont fait rage sur le continent européen. Heureusement, la politique n'est pas la seule à déterminer le système de valeurs… L'amitié fondée sur des relations humaines confiantes, ce que l'on appelle aussi «le dialogue des sociétés civiles» fonctionne, comme le démontre aujourd'hui le Dialogue Franco-Russe.
    Et le mot «dialogue» est une enveloppe qui contient une multitude de contacts entre la Russie et la France. Le Dialogue du Trianon, lancé récemment par les Présidents Poutine et Macron, existe désormais en parallèle avec le Dialogue Franco-Russe. Comment se retrouver dans l'univers d'«amitiés franco-russes», maintenant que le sens du terme qui avait cours dans les années 1970, de pont entre l'Est et l'Ouest, s'est estompé?

    «En ces temps de tensions internationales le rôle des sociétés civiles est essentielle, dit à Sputnik Hugues Malbert. Comme le pensait Philippe Seguin l'Europe a besoin de la Russie comme la Russie a besoin de l'Europe. Nos deux pays doivent œuvrer pour la paix.»

    En quinze ans d'existence, qu'il a célébrés à Paris en grande pompe, le «Dialogue Franco-Russe» s'est distingué dans le paysage chargé de manifestations et d'échanges. Et certaines initiatives sont même sorties de l'ordinaire, comme, en 2014, en coordination avec la Société historique militaire russe, la collecte de dons de la part des compatriotes russes résidant à l'étranger pour l'érection à Moscou du monument aux officiers et soldats russes morts pendant la Première Guerre mondiale. Un exemple parmi d'autres de la volonté du Dialogue Franco-Russe de s'ancrer dans le concret:

    «Les membres du Dialogue Franco-Russe ne se réunissent pas une à deux fois par an pour se dire des paroles agréables, mais travaillent de manière constructive dans les domaines bien divers,» insiste Hugues Malbert.

    L'association est aussi obligée de s'accommoder de la création par son ancien président exécutif, Alexandre Troubetzkoï, d'une nouvelle entité: L'Alliance franco-russe, une réincarnation d'une alliance tricentenaire.
    Malgré les missions «nombreuses et ambitieuses» annoncées par ce fils de «Russes blancs», qui se résument pour le président de l'Alliance à une seule devise: «être unis!», pour un Français lambda qui a la fibre russe chevillée au corps, la multiplication d'organismes d'amitié brouille quelque peu le tableau de l'union.

    «Nous encouragerons aussi toute initiative visant à accompagner la recherche et le développement de nouveaux échanges économiques, une coopération industrielle accrue et des investissements croisés entre nos deux pays», avait déclaré à Sputnik Alexandre Troubetzkoï dans la présentation de l'Alliance.

    Cette annonce semble doublonner avec les missions que se donne le Dialogue Franco-Russe. Mais peut-être ainsi chacun trouvera-t-il chaussure à son pied dans cette diversité de communautés franco-russes, «pour qui les valeurs des échanges bilatéraux de toute nature» sont «un exemple et un gage pour un avenir serein de notre monde». Soit!

    Lire aussi:

    Un tremblement de terre secoue Athènes - images
    L’Iran rappelle aux États-Unis leur situation géographique
    Téhéran estime que Washington a abattu l'un de ses propres drones par erreur
    Tags:
    stabilisation, amis, pays, débats, hommes, amitié, relations, culture, dialogue, diplomatie, politique, Première Guerre mondiale, Alliance franco-russe, Dialogue franco-russe, Le Figaro, Douma d'État, Hugues Malbert, Piotr Tolstoï, Emmanuel Macron, Jacques Chirac, Vladimir Poutine, Crimée, France, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik