Culture
URL courte
7468
S'abonner

Des grottes d’aborigènes australiens vieilles de 46.000 ans ont été détruites lors de travaux miniers menés par le groupe Rio Tinto qui s’est excusé pour son erreur.

Les travaux d’expansion d’un minerai de fer menés en Australie-occidentale par la société Rio Tinto se sont soldés par la destruction de grottes aborigènes vieilles de 46.000 ans, rapporte la BBC.

L’incident s’est produit dans la grotte de Juukan Gorge, dans la région de Pilbara. Le P-DG de l’entreprise anglo-australienne Chris Salisbury s’est dit «désolé pour la détresse» causée par son groupe et a rendu «hommage» au Puutu Kunti Kurrama et au peuple Pinikura (PKKP), propriétaires traditionnels du lieu.

«Un des sites les plus sacrés»

Selon le directeur du PKKP Burchell Hayes contacté par le Guardian, il s’agit de l’«un des sites les plus sacrés de la région de Pilbara», riche en objets sacrés provenant des ancêtres directs des aborigènes d'Australie-occidentale.

Par la voix de son ministre des Affaires autochtones Ken Wyatt, lui-même aborigène, le gouvernent australien a confirmé qu’il s’agissait «d’une véritable erreur».

La société Rio Tinto possède d’autres sites miniers en Australie et pratique notamment l’extraction de diamants ou d’uranium.

Lire aussi:

Ces pays considérés par Vladimir Poutine comme les futures superpuissances mondiales
«Il y a un risque de guerre civile» en France, prévient l'ancien chef d'État-Major des armées Pierre de Villiers
La nouvelle carte du couvre-feu en France publiée par les autorités
Une enseignante estime que Samuel Paty a «provoqué» l’acte terroriste
Tags:
industrie minière, peuples autochtones, Australie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook