Culture
URL courte
0 75
S'abonner

Une obligation néerlandaise émise en 1648 continue de rapporter de l’argent à son propriétaire de nos jours. Une somme symbolique, comparée à la valeur historique du document.

Une obligation émise aux Pays-Bas en 1648 a toujours cours aujourd’hui et continue de profiter à son bénéficiaire, rapporte BFM Bourse dimanche 14 juin. 

Le titre a été lancé par l’Office des eaux du barrage supérieur de Lekdijk, dans la province d’Utrecht, au XVIIe siècle.

L’Office avait à cœur de rénover une digue de la région, datant du XIe siècle. Pour financer cette opération, des bons au porteur d’une valeur de 1.000 florins Carolus furent émis, avec un taux d’intérêt fixé à 5%, puis ramené à 2,5% par an, relate BFM Bourse. Mais, comme souvent à cette époque, aucune mention d’une échéance ne figurait sur les titres. Ce qui explique que le bon de 1648 puisse encore profiter à son porteur de nos jours.

11,35 euros par an

Le porteur en question est aujourd’hui l’université Yale, aux États-Unis, qui conserve le document dans ses collections. 

L’université reçoit donc des intérêts de la part de l’Office des eaux de la région d’Utrecht, qui existe toujours, et n’a jamais fait faillite malgré de nombreuses transformations.

L’Office des eaux verse ainsi 11,35 euros par an à Yale, comme le précise Geert Rouwenhorst, professeur de l’université Yale, interviewé par le créateur de contenu YouTube Tom Scott. Les intérêts payés au fil des ans sont d’ailleurs visibles au verso du document en vélin, même s’il a fallu y accoler une feuille de papier moderne, pour noter les intérêts payés plus récemment, précise Geert Rouwenhorst.

Ces 11,35 euros revêtent un caractère symbolique, surtout en comparaison des 27.000 dollars qu’a dû débourser l’université Yale pour acquérir le document en 2003, comme le rapporter BFM Bourse.

Lire aussi:

Un épidémiologiste de l’Institut Pasteur met en garde la France
Cas de Covid-19 importés d’Algérie: «on donne le bâton pour se faire battre»
Certains gels hydro-alcooliques peuvent cacher un danger mortel
Tags:
obligations, barrages, Pays-Bas, créanciers, actions
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook