Culture
URL courte
Par
5123
S'abonner

Le Musée national suédois est sous le feu des critiques depuis qu’il a affiché des avertissements contre le racisme et le sexisme censés transpirer de certaines œuvres exposées.

Après la littérature et le changement de titre de certains romans comme «Dix petits nègres» d’Agatha Christie, après le cinéma et la déprogrammation de certains films sur des plateformes de streaming, voici que la «cancel culture» (culture de l’annulation) s’invite dans les musées.

S’il ne parle pas encore de purger ses collections, le Musée national suédois juge en effet désormais bon d’accompagner certaines de ses pièces de mise en garde. Depuis sa réouverture en 2018, des étiquettes d’avertissement sont peu à peu apparues, informant le spectateur du caractère «nationaliste» ou des «préjugés patriarcaux» véhiculés par telle ou telle œuvre.

Une situation qui n’a pas échappé à l’archéologue Leif Gren, qui s’en est ému dans un article pour le Vestmanlands Lans Tidning (VLT). L’expert s’arrête par exemple sur le cas du tableau «Des fidèles dans un bateau», accusé de mettre en scène des «types nationaux nordiques» et d’insister sur des «caractéristiques nationales héritées».

La sculpture de Per Hasselberg, «La Grenouille», est pour sa part soupçonnée de perpétuer une «longue tradition sexiste».

Les œuvres françaises ne sont pas épargnées. Le tableau de Gustave Courbet, «Joe la belle irlandaise», qui représente une femme face à un miroir, est ainsi mis en relation avec «la culture de consommation actuelle» qui pousserait les femmes à faire attention à leur apparence, notamment à leur poids.

Ces avertissements concernent particulièrement l’art du XIXe siècle, précise Leif Gren, décrit comme un outil «oppressif», produit d’une société «patriarcale».

L’article de l’archéologue n’a pas tardé à susciter un tollé sur les réseaux sociaux, plusieurs internautes accusant le musée de dérives «gauchistes», dans un pays connu pour son modèle social-démocrate.

«L’exposition permanente est un grand endoctrinement de gauche, financé par l’argent de nos impôts», fustige un internaute.

Des musées sous pression

Ce n’est pas la première fois que des débats sur le racisme et le sexisme s’invitent dans les musées. Aux États-Unis, berceau de la «cancel culture», un collectif d’artiste avait notamment lancé le mouvement Strike Moma, mi-avril, contre le célèbre Musée d’art moderne de New York.

Les militants reprochaient notamment au musée d’avoir été construit sur des terres spoliées aux peuples amérindiens. Un communiqué accusait également l’institution d’abriter plusieurs œuvres «pillées en Afrique, dans le Pacifique et aux Amériques».

La question des restitutions d’œuvres d’art conservées dans les musées occidentaux revient d’ailleurs souvent au cœur des débats. En octobre 2020, l’Assemblée nationale française a voté une loi pour la restitution, au Bénin et au Sénégal, de certains biens culturels amenés en France à l’époque coloniale.

Lire aussi:

Néonazis en Ukraine: Moscou étonné par les propos de Jean-Yves Le Drian
Le nombre de cas quotidiens de Covid-19 en légère baisse en France
Messages de haine, boycotts, menaces: de plus en plus de professionnels harcelés à cause du pass sanitaire
Tags:
musée, art, tableau, racisme, antiracisme, sexisme, politiquement correct
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook