Ecoutez Radio Sputnik
    Défense

    Plus de 40 avions engagés dans les exercices de la marine russe en Atlantique

    Défense
    URL courte
    Marine russe dans l'Atlantique (15)
    0 0 0 0

    Plus de 40 avions doivent participer à la dernière phase des exercices de la marine russe qui se déroulent dans l'Atlantique, a déclaré jeudi à RIA Novosti le porte-parole de l'armée de l'air russe, Alexandre Drobychevski.

    MOSCOU, 24 janvier - RIA Novosti. Plus de 40 avions doivent participer à la dernière phase des exercices de la marine russe qui se déroulent dans l'Atlantique, a déclaré jeudi à RIA Novosti le porte-parole de l'armée de l'air russe, Alexandre Drobychevski.

    "L'armée de l'air compte participer activement à la phase finale des exercices réalisés par le groupe naval d'assaut de la marine. Entre le 28 janvier et le 1er février, plus de 40 avions seront engagés", a-t-il précisé.

    Il s'agit notamment d'avions Tu-160, Tu-95MS, Tu-22M3, A-50, Il-78, MiG-31 et Su-27.

    "Pendant les exercices, les pilotes s'entraîneront à conduire des opérations de reconnaissance, à attaquer à coups de missiles des groupes navals d'assaut ennemis, à mener des combats aériens et à patrouiller le ciel", a ajuté M. Drobychevski.

    Des unités de la marine russe ont quitté en décembre dernier la Russie pour une expédition de plus de 12.000 milles nautiques. Les manoeuvres sont dirigées depuis le croiseur porte-avions Admiral Kouznetsov. Le croiseur lance-missiles Moskva, navire-amiral de la flotte de la mer Noire y participe également.

    Reçu au Kremlin par le président Vladimir Poutine, le ministre de la Défense Anatoli Serdioukov a annoncé que la Russie rétablissait sa présence régulière dans l'océan mondial.

    Dossier:
    Marine russe dans l'Atlantique (15)

    Lire aussi:

    La Russie teste sa triade nucléaire (vidéo)
    Moscou dévoile le nombre de ses navires dans l'océan mondial
    L'Amiral Kouznetsov prend congé, que deviendra le porte-avions russe après la rénovation?
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik