Ecoutez Radio Sputnik
    Défense

    ABM: Washington possède 38 intercepteurs de missiles (diplomatie russe)

    Défense
    URL courte
    Bouclier antimissile américain en Europe (577)
    0 0 0

    Les Etats-Unis possèdent 38 intercepteurs stratégiques qui constituent le système américain de défense antimissile (ABM), a déclaré jeudi à la Douma (chambre basse du parlement russe) le vice-ministre des Affaires étrangères Sergueï Riabkov.

    Les Etats-Unis possèdent 38 intercepteurs stratégiques qui constituent le système américain de défense antimissile (ABM), a déclaré jeudi à la Douma (chambre basse du parlement russe) le vice-ministre des Affaires étrangères Sergueï Riabkov.

    "Le bouclier antimissile américain comprend actuellement 38 intercepteurs dont 30 ont été déployés en Alaska et en Californie et huit se trouvent en stock", a-t-il affirmé lors d'une réunion de la Commission des affaires internationales consacrée à la ratification du Traité russo-américain de réduction des armes stratégiques (START).

    Selon M. Riabkov, Washington n'a pas jusqu'à présent annoncé son intention d'augmenter le nombre de missiles intercepteurs.

    "Ils [les Etats-Unis] estiment que ce nombre suffira à intercepter des missiles isolés tirés depuis l'Asie", a-t-il précisé.

    Le chef adjoint de la diplomatie russe a également fait savoir que les missiles-intercepteurs SM-3, retenus par l'US Navy pour équiper les destroyers américains, n'étaient pas en mesure d'intercepter les cibles balistiques. D'après lui, les SM-3 ne seront pas capables de remplir cette mission avant 2018-2020 et ne pourront donc pas constituer un élément d'un bouclier antimissile stratégique.

    Dossier:
    Bouclier antimissile américain en Europe (577)

    Lire aussi:

    Au seuil de la guerre: 44 intercepteurs de missiles installés en Alaska
    Un général explique qui visent les intercepteurs de missiles installés en Alaska
    Tokyo s’arme contre Pyongyang, Moscou préoccupé
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik