Ecoutez Radio Sputnik
    La non-ratification du traite START affaiblira la sécurité des États-Unis

    La non-ratification du traite START affaiblira la sécurité des États-Unis

    Défense
    URL courte
    0 0 0 0

    Un groupe de généraux américains s’est prononcé en faveur de

    Un groupe de généraux américains s’est prononcé en faveur de la ratification du Traité de réduction des armes stratégiques (START) dans une publication à « Washington Times » en mettant en garde contre les conséquences négatives de la non-ratification de ce document par le Sénat. Si le Traité n’entre pas en vigueur, la Russie ne sera pas limitée dans le développement de ses armes stratégiques et les Etats-Unis n’auront pas la possibilité de le contrôler.

    Le Traité START a été signé en avril dernier à Prague par les présidents Dmitri Medvedev et Barack Obama. Le document prévoit la réduction substantielle des arsenaux nucléaires de la Russie et des États-Unis. Chaque partie ne devra posséder que 700 têtes nucléaires stratégiques : missiles balistiques intercontinentaux, sous-marins et bombardiers lourds – qui ne devront pas comporter plus de 1550 ogives. Ces chiffres sont à peu près deux fois inférieurs à ceux d’aujourd’hui.

    Pour que cette réduction des armes nucléaires se réalise, les parlements des deux pays devront ratifier le Traité START. Aux États-Unis la ratification a suscité une lutte acharnée entre les Républicains qui sont minoritaires, et les Démocrates au pouvoir. Les Républicains affirment qu’Obama aurait été mené à la bride par les Russes et a affaiblit la capacité des États-Unis de se défendre et de défendre ses alliés. L’objectif ultime de ces spéculations est d’avoir plus de sièges au Sénat. Mais cette politique a son revers, estime le directeur de l’Institut des évaluations et analyse stratégiques Alexeï Konovalov :

     « Si le Traité n’est pas ratifié, cela portera un coup à ce qu’on peut appeler l’esprit de partenariat qui prévaut malgré tout dans les relations russo-américaines. Il sera plus difficile de le rétablir parce que l’important dans tout ça, c’est la confiance. La confiance et la volonté de collaborer. Aujourd’hui le monde doit faire face à un nombre de risques et de défis ayant un caractère transfrontalier et transnational. On ne pourra s’y opposer qu’en conjuguant les efforts. Si le Traité n’est pas ratifié, on sera empêché, en tant que partenaires, d’accuser ensemble de vrais coups ».

    Les généraux américains qui se sont exprimés à « Washington Times » considèrent à leur tour que l’argumentation des opposants à la ratification du Traité START est infondée. A leur avis, ceux qui critiquent la ratification « n’ont rien à opposer au soutien global du Traité par les militaires ». Lorsque les sénateurs se mettront au travail après les législatives, il leur faudra suivre le conseil des militaires et ratifier le Traité de réduction des armes stratégiques, estiment les analystes. C’est en fait un appel de faire primer les intérêts nationaux sur les considérations partisanes.            

    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik