Ecoutez Radio Sputnik
    Missile balistique intercontinental RS-24

    L'armée russe renonce au missile Topol-M au profit du RS-24 Iars

    © Yan Sereda
    Défense
    URL courte
    0 0 0

    Les Troupes balistiques stratégiques russes renoncent à la version mobile du missile intercontinental Topol-M monobloc au profit du missile RS-24 Iars à têtes multiples, a annoncé le commandant des troupes, le général Sergueï Karakaïev.

    Les Troupes balistiques stratégiques russes renoncent à la version mobile du missile intercontinental Topol-M monobloc au profit du missile RS-24 Iars à têtes multiples, a annoncé mardi le commandant des troupes, le général Sergueï Karakaïev.

    "Le complexe mobile doté d'un missile balistique intercontinental RS-24 est une version modernisée du système RS-12M2 Topol-M. Nous avons pris en considération l'expérience d'exploitation des missiles mobiles de cinquième génération. Le RS-24 Iars a démontré sa fiabilité pendant la période d'essai. Il sera donc livré aux troupes balistiques au lieu du Topol-M", a indiqué le commandant devant les journalistes.

    Toutefois, les Troupes balistiques ne renoncent pas à la version ensilée du missile de cinquième génération Topol-M. "De nouveaux Topol-M ensilés seront livrés aux régiments des Troupes balistiques en 2011", a ajouté le général.

    Le missile Topol-M (code OTAN SS-27 Sickle B1) est le premier missile développé par la Russie après la fin de l'URSS. Doté d'une grande manœuvrabilité (il franchit n'importe quel bouclier antimissile), très discret et facile à déployer, le Topol-M existe en version mobile et stationnaire.

    Le RS-24 (code OTAN SS-X-29), missile à propergol solide et à trois étages, est une version mirvée du Topol-M.

    Lire aussi:

    La Russie serait sur le point d’offrir une deuxième vie à ses vieux missiles Topol
    L'Armée russe révèle le nombre de ses missiles balistiques
    Anniv des RVSN: ces missiles balistiques représentent un fer de lance de l’armée russe
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik