Ecoutez Radio Sputnik
    Des jeux dangereux des « verts » et des « bleus »

    Des jeux dangereux des « verts » et des « bleus »

    © Flickr.com/isafmedia/cc-by
    Défense
    URL courte
    0 0 0

    Le commandement du contingent militaire nord-américain dans l’Hindou Kouch a décidé de suspendre la formation de policiers afghans.

    La raison de cette démarche réside dans la croissance explosive ces mois-ci du nombre des militaires de la Force internationale d'assistance et de sécurité (ISAF) de l’OTAN en Afghanistan, dont américains, tués par des policiers afghans. A la fin du mois d’août les attaques des « verts » contre les « bleus » ont fait 45 morts dans les effectifs de l’ISAF, plus que durant toute l’année précédente. Il convient d’expliquer que les forces coalisées sont marquées sur les cartes d’Etat-major de l’OTAN en couleur bleue, tandis que les forces afghanes – en couleur verte. D’ailleurs, les policiers ne sont pas les seuls à tirer sur leurs « compagnons d’armes » occidentaux, il y a aussi des soldats de l’Armée nationale d’Afghanistan qui le font.

    Selon le porte-parole du commandement des opérations spéciales du Pentagone, le lieutenant-colonel John Harrell, la formation des policiers est suspendue pour un ou deux mois, le temps de les tester une nouvelle fois au regard de leurs éventuels liens avec les talibans. De plus, on va soumettre à une vérification supplémentaire de la loyauté les recrus de l’armée afghane. Soit dit en passant, la France avait déjà renoncé à former des cadres pour la police et l’armée afghanes. D’après The Washington Post américain, on aura à soumettre à de nouveaux tests au total plus de 27 mille novices de l’armée et policiers.

    Les instructeurs des Etats-Unis forment, principalement des effectifs de ce qu’on appelle la « police locale » - ALP, destinée à des opérations dans de petites localités. Il s’agit du projet des Etats-Unis, mis en œuvre depuis 2010. La formation ne dure que 3 semaines. Voici ce qu’en dit notre expert Viktor Litovkine, rédacteur en chef du journal Revue militaire indépendante.

    « Il est peu probable que les Américains et l’OTAN parviennent à évacuer tous leurs effectifs de l’Afghanistan. La question touchant la formation de l’armée et de la police afghanes est bien ambigüe. Tous, surtout ceux qui ont fait la guerre en Afghanistan de 1979 à 1989, savent que l’armée afghane est très peu fiable. Ses soldats passent facilement du côté des talibans et d’Al-Qaïda. Et il est impossible d’imaginer que l’armée afghane puisse contrôler seule la situation dans le pays ».

    Il est difficile de dire si l’on peut vérifier la loyauté de ceux qui en leur for intérieur tiennent leurs instructeurs pour occupants. Comme l’a récemment constaté le journal suisse 20 Minuten, le degré « de haine réciproque » entre « pédagogues » et leurs « disciples » monte en flèche. Et elle dicte des actes de part et d’autre. Les jeux dangereux des « verts » et des « bleus » continuent.

    Lire aussi:

    L'Afghanistan a besoin des avions russes modernes, pas «de la ferraille américaine»
    McCain reconnaît que les USA perdent la guerre en Afghanistan
    Moscou répond aux accusations de Kaboul sur un prétendu soutien russe aux Talibans
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik