Ecoutez Radio Sputnik
    Missile intercontinental Topol-M

    Bouclier: le nouveau missile intercontinental russe sera équipé de dix leurres

    © RIA Novosti/Avrora. Sergei Razabakov, Andrei Mazunin © Sputnik . Mikhail Fomichev
    1 / 2
    Défense
    URL courte
    0 10

    Le nouveau missile balistique intercontinental lourd à combustible liquide, mis au point par la Russie d'ici 2018, sera équipé de dix leurres, a annoncé vendredi à RIA Novosti le consultant du commandant des Troupes de missiles stratégiques (RVSN), le général Viktor Iessine.

    Le nouveau missile balistique intercontinental lourd à combustible liquide, mis au point par la Russie d'ici 2018, sera équipé de dix leurres, a annoncé vendredi à RIA Novosti le consultant du commandant des Troupes de missiles stratégiques (RVSN), le général Viktor Iessine.

    "Le nouveau missile sera doté de dix leurres, à la différence des missiles Iars et Topol à combustible solide qui n'en ont que quatre ou cinq", a indiqué le général.

    Il a expliqué que l'augmentation du nombre de leurres permettra de désorienter la DCA de l'adversaire.

    "Il sera possible de faire une manœuvre là où l'on ne nous attendait pas du tout", a affirmé le général.

    Le nouveau missile sera destiné à remplacer le missile balistique lourd R-36M2 Voevoda, connu en Occident sous le nom de Satan.

    Auparavant, les hauts responsables du ministère russe de la Défense ont déclaré que si les Etats-Unis n'abandonnaient pas leur projet de déployer leur bouclier antimissile en Europe, la Russie prendrait des mesures de riposte, en créant notamment un nouveau missile lourd à combustible liquide.

     

    Lire aussi:

    En défiant les USA, un pays membre de l’UE lance un réseau 5G avec l’aide de Huawei
    Un militaire de Sentinelle ouvre le feu contre un homme armé d’un couteau près d'un hôpital militaire à Lyon
    Sur une vidéo devenue virale, des forces de l'ordre gazent les clients d'un café lors de l’acte 31
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik