Ecoutez Radio Sputnik
    Le Brésil pourrait acheter à la Russie les systèmes de DCA Pantsir

    Le Brésil pourrait acheter à la Russie les systèmes de DCA Pantsir

    Photo : RIA Novosti
    Défense
    URL courte
    0 1 0 0

    Le Brésil a annoncé son intention d'acheter à la Russie des systèmes anti-aériens Pantsir S-1 et des batteries de missiles surface-air Igla pour un montant total de 1 milliard de dollars, a annoncé le chef de l'état-major des forces armées brésiliennes, le général Jose Carlos de Nardi.

    Selon le général de Nardi, les forces armées brésiliennes sont intéressées par l'achat de trois batteries de Pantsir S-1, mais aussi au transfert de leur technologie et à la construction, dans l'avenir, d'une usine d'assemblage au Brésil. Ces cinq dernières années la Russie a fait une percée sur le marché d'armement brésilien, grâce notamment à l'accord intergouvernemental de 2008. La Russie et le Brésil ont procédé même conjointement au développement et à l'élaboration de projets d'hélicoptères et de matériel naval, indique l'observateur militaire du quotidien Komsomolskaïa pravdaViktor Baranets :

    « Maintenant les Brésiliens se sont intéressés par les puissants systèmes anti-aériens russes. C'est un signal positif, d'autant plus qu'ils montrent un intérêt grandissant pour d'autres armes russes. Si, il y a cinq ou six ans, la coopération avec le Brésil rapportait à la Russie 400 millions de dollars par an, à l'heure actuelle le chiffre a triplé. Nous vendons des armes au Brésil. Nous commençons a y développer la production conjointe d'armements. Nous y assemblons les hélicoptères Mi-35 et Mi-171. Mais ce n'est qu'un volet de la coopération qui s’inscrit sur le long terme ».

    Il est logique que la Russie fournisse des armes à l’Amérique centrale et à l’Amérique du Sud qui s'affranchissent de leur dépendance vis-à-vis des Etats-Unis, note Viktor Litovkine, rédacteur en chef adjoint de la Revue militaire indépendante :

    « Ils choisissent eux-mêmes les fournisseurs d'armes. D'autant plus qu'aujourd'hui ils veulent, outre les achats proprement dits, organiser la production conjointe. Le Brésil est un des pays les plus importants de la région possédant un complexe militaro-industriel développé. Mais il ne dispose pas des technologies et des licences appropriées. Aussi le Brésil tourne-t-il ses regards vers la Russie. Notre coopération n'en est qu'à ses débuts. A terme, le Brésil sera évidemment prêt à acheter à la Russie l'avion de chasse polyvalent Soukhoï Su-35 ».

    Par ses caractéristiques le système Pantsir S-1 devance notablement les systèmes anti-aériens existants dans le monde. Il est en service dans l'armée russe et il est fourni à de nombreux pays. Le système détruit les cibles aériennes par le feu de ses canons et avec ses missiles. Le Pantsira une portée de détection de 25 kilomètres et il est capable de frapper plusieurs cibles. Le missile guidé surface-air réagit en quelques secondes à une cible volante et la détruit. De l'avis des experts, la Russie doit proposer au Brésil non seulement la production mixte des Pantsir, mais aussi celle d'avions de chasse. Une telle production ôtera tous les obstacles à leur positionnement sur les marchés des pays de la région. T

    Lire aussi:

    Robocop des mers: le nouveau système maritime russe de missiles est à prendre au sérieux
    Un régiment de DCA effectue des tirs conventionnels de S-400 près de Moscou
    Des systèmes S-300 et S-400 abattent 25 cibles dans le sud de la Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik