Ecoutez Radio Sputnik
    Y-20 : l’Iliouchine Il-76 chinois

    Y-20 : l’Iliouchine Il-76 chinois

    Photo : ВПК.name
    Défense
    URL courte
    0 457 0 0

    L’avion chinois Y-20 a effectué son premier décollage. C’est un premier pas de la part de la force aérienne chinoise vers la création de sa propre flotte de transport aérien militaire. C’est justement dans ce domaine que la Chine s’est fait largement dépasser par les États-Unis et la Russie.

    Selon le journal chinois Le Quotidien du Peuple, le premier vol de l’Y-20 a eu lieu le 26 janvier dans la province de Shaanxi, cependant il était de notoriété publique que la Chine allait essayer son premier cargo militaire sur cet aérodrome. À ce moment-là, les médias ont diffusé les photos de cet avion.

    À présent, la République populaire de Chine (RPC) dépend de la livraison des avions russes modifiés Iliouchine Il-76. Cependant, même le nouveau Y-20 ne pourra pas assurer aux militaires chinois son indépendance vis-à-vis de la Russie et d’autres pays de la Communauté des États indépendants (CEI). Les experts militaires estiment que le cargo de construction chinoise est encore plus important pour leur force aérienne, que l’ambitieux projet d’avion de chasse multitâche de cinquième génération J-20, qui a pour la première fois volé en 2011.

    Cet avion a été développé par le constructeur Chengdu Aircraft Corporation. Selon les experts militaires, son élaboration a commencé dans les années 1990 et a reçu le financement prioritaire de l’État en 2006. Trois ans plus tard, le projet d’un cargo de 200 tonnes, qui deviendra l’Y-20, a été approuvé. C’est à ce moment-là qu’a débuté la création du prototype opérationnel.

    Le cargo chinois est de plus petite taille que l’avion américain Boeing C-17 Globemaster III. Il ressemble en apparence à l’Iliouchine Il-76 : il a quasiment les mêmes gabarits et les ailes ont pratiquement la même structure. Toutefois, l’Y-20 ne possède pas de cabine de pilotage séparée, c’est pour cela que l’équipage est réduit à trois personnes. L'Y-20 a également de meilleures caractéristiques de vol que l’Iliouchine Il-76. Les médias chinois ont appris de sources militaires que la charge militaire maximale de ce nouvel avion est de 66 tonnes, contre 60 tonnes pour l’Iliouchine Il-76MF modifié. La distance franchissable de cet avion avec une charge utile maximale atteint 4 400 km. Toutefois, ces caractéristiques ne sont pas officielles, et la télévision chinoise ne parle que des 60 tonnes de charge utile et de la vitesse de croisière de 630 km/h.

    Le secteur aéronautique chinois dépend toujours de la Russie. Le prototype de l’Y-20 a été doté de quatre réacteurs d'origine russe de type Soloviev D-30 des années 1960. La RPC mise sur les moteurs WS-20 et compte les installer sur les Y-20 de série, mais pour le moment on ne sait pas à quelle étape se trouve l’élaboration de ces moteurs. En attendant, à cause des caractéristiques tactiques et techniques dépassées de son moteur, l’avion chinois reste derrière le tout nouveau cargo russe Iliouchine Il-76MD-90A, qui a pour la première fois volé en octobre 2012. La distance franchissable de cet Iliouchine avec une charge utile maximum est de 5 000 km et les nouveaux moteurs PS-90A-76 permettent une importante économie et une vitesse maximale de 850 km/h. Les experts sont sceptiques sur le fait que l’Y-20 ait pu être développé uniquement par des ingénieurs chinois. Les médias américains affirment ouvertement que l’aile de l’avion chinois a été fabriquée en Ukraine par le bureau de construction aéronautique Antonov.

    Si le projet Y-20 réussit et les caractéristiques des nouveaux avions correspondent à celles annoncées, la Chine pourrait lancer la construction de 300 avions de ce type, afin de former une flotte stratégique de transport militaire, qui n’aura pas à rougir devant les forces aériennes russe et américaine.

    Il est possible que, par les essais de ce nouvel avion, la Chine veuille avoir plus de poids dans le conflit territorial autour des îles de mer de Chine orientale. Même Pékin assure que le développement de sa puissance militaire n’est pas dirigé contre un ennemi en particulier, il continue à augmenter ses dépenses militaires. Selon les données de l’Institut international de recherche sur la paix de Stockholm, en 2012, le budget militaire chinois était de 143 milliards de dollars. Selon les estimations des experts européens, en 2015 ce chiffre atteindra les 238 milliards de dollars. /L

    Lire aussi:

    «Radar volant»: l'A-100 volera avant la fin de l'année
    Un prototype d'avion-cargo militaire Hercules finit en flammes (vidéo)
    La Chine construit sa première base militaire à l’étranger
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik