Ecoutez Radio Sputnik
    Les États-Unis et leur doctrine de guerre dans le cyberespace

    Les États-Unis et leur doctrine de guerre dans le cyberespace

    Photo : EPA
    Défense
    URL courte
    0 1210

    Dans les semaines qui viennent une variante définitive de la doctrine de guerre dans le cyberespace sera présentée au président des Etats-Unis Barack Obama. Ces nouvelles règles de la guerre dans le cyberespace vont compléter la doctrine militaire des Etats-Unis.

    Washington a lancé les travaux à ces nouvelles règles il y a deux ans. Actuellement la Maison Blanche a obtenu l’indispensable conclusion des juristes. Elle proclame que le président américain est en droit d’ordonner une frappe préventive virtuelle contre toutes les unités sur Internet, dont les actions seront considérées dangereuses pour les Etats-Unis. Sous les frappes on sous-entend l’introduction dans la toile mondiale de « codes destructifs », ou plus simplement, de virus informatiques.

    Ceci crée un mauvais précédent dans le droit international, mais cela devait arriver tôt ou tard, considère Ilia Satchkov, directeur général de la société internationale pour la sécurité des réseaux informatiques Group-IB.

    « En général, de telles choses doivent être, sans doute, régulées par l’ONU. Quand il y a une opération militaire, peu importe s'il s’agit d’une guerre dans le cyberespace ou d’une guerre classique, c’est la communauté mondiale qui est compétente pour décider ce qu’il faut faire avec l’agresseur. Si un pays prend des décisions indépendantes à ce sujet, cela constituerait une violation des traités internationaux classiques, ayant vu le jour après la Seconde guerre mondiale.

    Le document en question est top secret. On sait que le rôle essentiel dans l’élaboration de la doctrine de guerre dans le cyberespace a été confié au conseiller en chef de Barack Obama en matière de lutte anti-terrorisme John O. Brennan, qui prendra prochainement la tête de la CIA. Le principal danger est que ces frappes virtuelles toucheront un grand nombre d’Internautes.

    Les experts américains reconnaissent que les armes cybernétiques, déjà à la disposition des Etats-Unis, sont tellement puissantes qu’elles sont comparables par l’ampleur des dégâts pour les finances, l’infrastructure et l’économie des pays, aux armes nucléaires. De ce fait, seul le président pourra ordonner leur usage.

    La seule fois que M. Obama l’a fait contre un pays souverain c’était une opération contre des sites iraniens d’enrichissement d’uranium. Les journaux américains écrivent qu’à la suite de cette opération le fonctionnement des usines d’enrichissement d’Iran a été stoppé pendant plusieurs mois.

    Depuis février 2011 le Pentagone a son cybercommandement, dirigé par Keith Alexander, ex-directeur de l'Agence de sécurité nationale (NSA), service spécial américain le plus secret. C’est lui qui va déterminer, conformément à la nouvelle doctrine, les principaux adversaires, les directions et les objets des attaques virtuelles dans les réseaux informatiques mondiaux. /L

    Lire aussi:

    Aux USA, les hackers ont trouvé un nouveau moyen de voler des bitcoins
    «La sécurité informatique garantie à 100 % n’existe pas», prévient un expert russe
    Cyberattaque mondiale: Kiev accuse la Russie, pourtant touchée elle aussi
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik