Ecoutez Radio Sputnik
    Les marines prennent le relais en Afghanistan

    Les marines prennent le relais en Afghanistan

    Photо: EPA
    Défense
    URL courte
    0 0 0 0

    Le général américain John Allen a transmis lors d’une cérémonie solennelle à Kaboul le commandement des forces Internationales d'assistance à la sécurité en Afghanistan (ISAF) au général d'infanterie de marine Joseph Dunford, qui assumera la direction des troupes de la coalition occidentale dans l'Hindou-Kouch agissant sous l'égide de l'OTAN.

    Les médias citent la première déclaration du nouveau commandant : « Aujourd'hui, il est question non pas de changements, mais de succession. Ce qui est immuable, c’est le désir de participer à la coalition. Notre engagement à mener à bon terme notre mission reste invariable comme, et le plus important, notre aspiration à assurer notre succès prochain ».

    Il est clair que pour le commandant sortant, maintenant, chaque perte est perçue avec une acuité particulièrement vive. Mais celui qui a accepté le poste de commandant de l'Hindou-Kouch aura beaucoup de soucis. Tous les experts s’accordent pour estimer que sa principale tâche consistera à gérer le retrait organisé des forces de l’ISAF comptant plus de 130.000 militaires de 49 États, y compris de tous les 28 pays membres de l'OTAN. Cette tâche est primordiale, selon Michael Paul, chercheur en chef du groupe scientifique sur la sécurité du Fonds allemand de la science et la politique.

    « Le commandement des troupes américaines en Afghanistan changera peu de choses à la stratégie globale, a confié Michael Paul à La Voix de la Russie. Celle-ci a été approuvée par le président américain. La seule question en suspens, et les militaires devront y répondre, eux aussi, c’est de savoir quelles troupes resteront dans le pays après 2014. Les forces nationales de la sécurité ont encore besoin du soutien des Américains et de leurs alliés des forces de l’ISAF. Selon mes calculs, leur formation et l’équipement technique s'achèveront en 2016 ou en 2017 ».

    Aujourd'hui, les experts pensent que les troupes étrangères ne partiront pas entièrement de l'Hindou-Kouch après 2014. On ne discute même pas « la variante zéro », le général sortant Allen l’a bien dit. Anatoly Tsyganok, professeur à l'Institut d’'analyse politique et militaire perçoit avec scepticisme ses propos.

    « Je pense que le rôle du commandant consistera non seulement à tout faire pour que les troupes américaines ne participent pas aux hostilités, dit le professeur – le problème consiste à maintenir les effectifs dans le contexte de retrait des troupes. D’autre part, le général américain devra contrôler le processus de formation de l'armée d'Afghanistan. Je ne sais pas ce que signifient les mots « sur le chemin de la victoire », mais il est clair que les Américains ont perdu – au Vietnam, ainsi qu'en Afghanistan. On n’a jamais réussi à instaurer la paix par la guerre…. » T

    Lire aussi:

    Davantage de troupes US en Afghanistan dans un proche avenir
    Anciens interprètes afghans de l’Otan: «nous vivons sous menace de mort»
    Washington compte muscler sa présence en Afghanistan
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik