Ecoutez Radio Sputnik
    Défense

    L'Inde effectue avec succès un deuxième test du missile "Agni-V"

    Défense
    URL courte
    0 32

    L'Inde a mené dimanche matin un deuxième test réussi de son missile balistique Agni-V d'une portée de 5.000 km, rapporte la chaîne de télévision NDTV.

    L'Inde a mené dimanche matin un deuxième test réussi de son missile balistique Agni-V d'une portée de 5.000 km, rapporte la chaîne de télévision NDTV. 

    Le tir d'essai a été effectué à 4h13 UTC depuis  l'île de Wheeler, dans le golfe du Bengal, au large de l'Etat indien d'Orissa. 

    Le premier test de ce missile capable de porter une charge nucléaire a eu lieu en avril 2012.

    La presse indienne souligne que le missile en question est capable d'atteindre Pékin, la Chine étant souvent considérée en Inde comme un ennemi militaire potentiel. 

    La conception du missile en question a débuté en 1983. Conçu pour emporter une ogive nucléaire de 1,5 tonne, Agni-V est un missile de trois étages de 17 mètres de long pesant près de 50 tonnes.  

    Selon les sources auxquelles se réfère la chaîne NDTV, le missile doit subir encore plusieurs tests avant d'équiper l'armée indienne. 

    Les forces armées indiennes ont à l'heure actuelle à leur disposition des vecteurs terrestres (missiles de type Agni et Prithvi) et aériens (avions Dassault Mirage-2000 et SEPECAT Jaguar). New Delhi espère en outre acquérir la troisième composante de la triade nucléaire – posséder des sous-marins lanceurs  d'engins. En août dernier, le réacteur du sous-marin Arihant, le premier à avoir été construit en Inde, a été mis en service.  Les tests de ce dernier devraient prochainement débuter. 

    Lire aussi:

    Un «nouveau» véhicule de la police française filmé de l'intérieur... son état se passe de mots (vidéo)
    L'Iran promet de ne pas se rendre même sous les bombes
    La France veut déployer un système de défense antiaérienne en Turquie en plein conflit autour des S-400
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik