Ecoutez Radio Sputnik
    Défense

    Mistral: la construction des 3e et 4e navires décidée plus tard (Moscou)

    Défense
    URL courte
    La Russie achète un BPC Mistral (316)
    0 0 0

    La décision concernant la construction du troisième et du quatrième bâtiment de classe Mistral pour la Russie sera adoptée après au moins un an d'exploitation du premier navire de cette classe, a annoncé Andreï Vernigora, responsable du ministère russe de la Défense chargé des commandes d'Etat.

    La décision concernant la construction du troisième et du quatrième bâtiment de classe Mistral pour la Russie sera adoptée après au moins un an d'exploitation du premier navire de cette classe, a annoncé mardi à Saint-Nazaire (France) Andreï Vernigora, responsable du ministère russe de la Défense chargé des commandes d'Etat.

    "La décision de construire le troisième et le quatrième bâtiment de projection et de commandement (BPC) n'est pas annulée. Nous devons recevoir le premier BPC et vérifier comment les systèmes ont été adaptés. Il faudra probablement mettre le projet au point", a déclaré M.Vernigora lors d'une conférence de presse qui a suivi la cérémonie de mise à l'eau du premier porte-hélicoptère russe de type Mistral.

    Cette cérémonie s'est déroulée mardi dans les chantiers navals français de Saint-Nazaire (STX).

    Baptisé Vladivostok, le premier BPC russe a été mis sur cale le 1er février 2012 conformément au contrat de 1,2 milliard d'euros signé en juin 2011 par le groupe français DCNS et l'Agence russe d'exportation d'armements (Rosoboronexport). Le contrat prévoyait la construction de deux bâtiments de cette classe en France. Le second navire de la série, le Sébastopol, a été mis sur cale le 18 juin dernier chez STX France.

    Dossier:
    La Russie achète un BPC Mistral (316)

    Lire aussi:

    Les Mistral égyptiens seront équipés d’hélicoptères russes
    Porte-hélicoptères Mistral
    L’équivalent russe du porte-hélicoptère Mistral sera construit d’ici 2022
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik