Ecoutez Radio Sputnik
    Défense

    Russie: un officiel accuse des étrangers de saboter les commandes militaires

    Défense
    URL courte
    0 10

    Le président du Comité d'enquête de Russie, Alexandre Bastrykine, estime que la non-exécution d'une série de commandes importantes dans l'industrie d'armement pourrait résulter du comportement adopté par des investisseurs étrangers, rapportent des agences russes.

    Le président du Comité d'enquête de Russie, Alexandre Bastrykine, estime que la non-exécution d'une série de commandes importantes dans l'industrie d'armement pourrait résulter du comportement adopté par des investisseurs étrangers, rapportent des agences russes.
     
    "Tout porte à croire que la non-exécution d'une série de commandes militaires importantes est due au contrôle exercé indirectement sur les entreprises d'armement par des investisseurs étrangers qui empêchent intentionnellement ces entreprises d'honorer leurs contrats", a déclaré M. Bastrykine dans une interview à Rossiiskaïa Gazeta.
     
    Et d'ajouter: "Nous ne savons même pas si ces investisseurs sont affiliés à des sociétés étrangères ou à des services secrets étrangers".
     
    Selon le président du Comité d'enquête, cette situation est devenue possible après la privatisation d'entreprises russes d'importance stratégique. Il a rappelé que des investisseurs étrangers avaient pris une part active à cette privatisation. 
     
    "Le problème n'est pas la privatisation en tant que telle. Le problème, c'est que les sociétés ayant pris part à la privatisation représentaient directement ou indirectement les intérêts d'acteurs étrangers. Ces sociétés ont racheté des entreprises d'armement pétersbourgeoises et les ont mises en faillite", a souligné M. Bastrykine.

    Lire aussi:

    Algérie, derrière la bataille autour des privatisations, une lutte de clans?
    Sanctions contre la dette souveraine russe? Les USA se tirent «une balle dans le pied»
    Vladimir Poutine fixe de nouveaux objectifs à l'armée russe
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik