Ecoutez Radio Sputnik
    La Chine se lance dans la course aux armements hypersoniques

    La Chine se lance dans la course aux armements hypersoniques

    © Photo: AP/DARPA
    Défense
    URL courte
    0 15110

    La Chine a raté le deuxième essai d'un missile hypersonique. Le 22 août, le journal South China Morning Post de Hong Kong a écrit qu'une panne s'est produite peu après le lancement. Deux jours plus tôt, le Pentagone avait donné des informations sur le test, selon le site américain Washington Free Beacon, qui a également communiqué que des photos du premier étage du missile tombé avaient été publiées sur Internet.

    Les médias chinois n'ont rien communiqué sur le test du missile. Les informations sur le lieu du lancement divergent bien qu'il s'agisse concrètement de l'essai du 7 août. Le site américain a cité un représentant du Pentagone ayant déclaré que c'était le deuxième test d'un missile hypersonique en 2014. Le missile doté d'un bloc d'attaque maniable est capable de porter des frappes nucléaires sur les Etats-Unis. Le rédacteur en chef du journal Voïenno-promychlenny kourier (Courrier militaro-industriel) Mikhaïl Khodarenok suppose que la Chine développe cette arme puisque les Etats-Unis et la Russie la possèdent déjà et que Pékin voudrait entrer dans le club :

    « La Chine ne développe pas une arme hypersonique pour menacer quelqu'un concrètement, comme les Etats-Unis, l'Inde ou tout autre adversaire géopolitique ou géostratégique en puissance. Cette arme est développée dans un seul but. S'il y a l'occasion d'exercer un impact sur un adversaire en puissance et si d'autres possèdent cette arme, il sera tout à fait impardonnable de ne pas participer à son développement et à ses essais. D'autant plus que la Chine dispose des capacités de mettre au point une telle arme. »

    Les experts sont convaincus que les détenteurs des missiles hypersoniques deviennent des leaders du marché d'armements. La Chine veut se retrouver parmi eux. D'autre part, les essais des missiles de cette classe témoignent des tentatives de la Chine d’apprendre à contrer le système américain de défense antimissile. L'expert Vladimir Evseev explique :

    « La Chine, qui dispose d'un potentiel de missiles nucléaires limité, met au point les forces nucléaires qui pourraient, le cas échéant, neutraliser le système ABM des Etats-Unis. La Chine ne possède pas son propre système de ce genre. Plus encore, elle ne possède pas un système d'alerte sur l'attaque de missiles. Dans ce contexte, le développement de tout appareil hypersonique capable en effet de contrer le système ABM américain est un grand atout pour la Chine. »

    La Chine peut contrer un secteur du bouclier antimissile américain, mais un secteur très limité, estime Vladimir Evseev. Une opinion partagée par Mikhaïl Khodarenok, qui pense que la Chine pourrait devenir le troisième pays, à côté des Etats-Unis et de la Russie, à se doter d'un système ABM :

    « La Chine et l'Inde sont des pays ayant à maintes reprises annoncé leurs ambitions de créer des systèmes ABM. Pour ce faire il faut réaliser une importante percée technologique. La Chine n'a pas encore atteint le niveau lui permettant de créer un tel système. Mais je pense que c'est l'affaire d’un très proche avenir ».

    La Chine a effectué le premier essai du missile hypersonique WU-14 le 9 janvier dernier. Cet essai a réussi. Son nouveau test, bien qu'ayant échoué, atteste que la course aux armements hypersoniques acquiert un caractère global. /N

    Lire aussi:

    Contre qui le Japon veut-il se protéger en achetant des systèmes ABM?
    Quelles sont les capacités des ABM stratégiques russe?
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik