Ecoutez Radio Sputnik
    Vers la création conjointe d’un bouclier antimissile russo-chinois ?

    Vers la création conjointe d’un bouclier antimissile russo-chinois ?

    © Photo: Fotolia/Zerbor
    Défense
    URL courte
    05600

    Le ministre de la Défense de Russie Sergueï Choïgou a déclaré récemment que la création d'un Système spatial uni (SSU), un nouveau système d'alerte aux missiles, était une priorité de développement des Forces des fusées stratégiques. De l'avis des experts, dans les conditions actuelles le système d'alerte aux missiles devient un axe des plus prometteurs de la coopération militaro-technique entre la Russie et la Chine.

    Le système russe comprendra des satellites de nouvelle génération, ainsi qu'un réseau de postes de commandement protégés traitant l'information reçue depuis l'orbite. Ce groupe de satellites doit remplacer le système Oko-1 ayant une brève durée de service et des caractéristiques insatisfaisantes. Ces dernières années l'Oko-1 a été critiqué par des officiels russes.

    Il est attendu que le SSU pourrait détecter non seulement les lancements des missiles balistiques intercontinentaux, mais aussi les tirs des missiles tactiques. Le SSU sera de ce fait un facteur de sécurité stratégique et pourra fournir des données de reconnaissance de grande valeur pendant des conflits locaux. Les satellites d'alerte avancée auront une durée de service plus longue par rapport aux appareils de la génération précédente.

    Pour le moment le nombre de satellites du nouveau groupe n'est pas précisé. Le fonctionnement du vieux système était assuré par 7 satellites géostationnaires et 4 satellites utilisant une orbite elliptique élevée. En tout état de cause il s'agit d'un système extrêmement onéreux aussi bien du point de vue de son développement, que du point de vue de son entretien et de son exploitation.

    La Chine a elle aussi besoin d'un système d'alerte fiable. Son importance croît au fur et à mesure qu'elle construit de nouvelles forces nucléaires stratégiques, mobiles et efficaces, capables, le cas échéant, de porter un coup préventif. La Chine doit tenir compte non seulement de la menace émanant des Etats-Unis, mais aussi de l'apparition des missiles de moyenne portée modernes dans les pays limitrophes. Pékin tente de créer un puissant système de défense antimissile stratégique et a déjà testé des systèmes de défense antimissile capables d'intercepter des cibles balistiques dans la phase moyenne et finale de leur trajectoire. En outre il réalise plusieurs programmes de développement de l'arme antisatellite.

    Il est évident que les capacités du système d'alerte chinois ne correspondent pas au niveau de développement des forces nucléaires stratégiques nationales et à celui atteint dans le développement des systèmes antimissiles et de l'arme antisatellite. Entre-temps, la Russie non seulement construit activement son système d'alerte aux missiles, mais développe aussi des radars d'alerte avancée terrestres tels que la station radar Voronej.

    Ainsi dans les conditions actuelles le système d'alerte avancée aux missiles devient un des domaines les plus prometteurs de la coopération militaro-technique bilatérale. Il n'est pas seulement question de livraison de matériel et de transfert de technologies russes à la Chine. La création d'un système conjoint est également possible ce qui témoignera d'une nouvelle étape du partenariat stratégique bilatéral. /N

    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik
    Grands titres