Ecoutez Radio Sputnik
    Défense

    Crimée: Moscou investira dans les chantiers navals militaires

    Défense
    URL courte
    Référendum en Crimée (2014) (417)
    0 21

    La Russie envisage de débloquer des fonds importants pour les chantiers navals en Crimée, a annoncé le vice-ministre russe de la Défense Iouri Borissov.

    La Russie envisage de débloquer des fonds importants pour les chantiers navals en Crimée, a annoncé jeudi à Moscou le vice-ministre russe de la Défense Iouri Borissov.

    "Le ministère de la Défense a élaboré un plan détaillé d'intégration des chantiers navals criméens dans l'industrie de défense russe et nous y verserons des sommes importantes. Nous allons ainsi créer beaucoup de nouveaux emplois pour la population locale", a indiqué M.Borissov à la chaîne de télévision Rossia 24.

    "La Russie reconstruit ces actifs, elle débloque des fonds importants dans le rééquipement technique, la remise en état de l'infrastructure. A mon avis, nous placerons des commandes importantes dans ces chantiers navals d'ici trois ans", a ajouté le vice-ministre.

    La Crimée, qui a adhéré à la Russie en mars dernier, compte 15 entreprises qui peuvent être utiles pour l'industrie de défense russe.

    L'usine Fiolent de Simferopol, qui réalise actuellement 52 contrats militaires pour Moscou, a augmenté sa production de 10% suite à l'adhésion de la Crimée à la Russie.

    Suite au coup d'Etat opéré à Kiev en février dernier, la Crimée - peuplée principalement de russophones - a organisé un référendum sur son autodétermination. Lors du scrutin, près 97% des électeurs criméens ont voté pour l'indépendance de la péninsule et sa réunification avec la Russie. Les Etats-Unis et l'Union européenne n'ont pas reconnu les résultats de cette consultation populaire et ont accusé la Russie "d'annexion".

    Dossier:
    Référendum en Crimée (2014) (417)

    Lire aussi:

    Crimée: «La non-reconnaissance par l’UE, une politique stupide»
    Diplomatie russe: les inspecteurs et observateurs sont les bienvenus en Crimée
    The National Interest explique pourquoi Kiev n’a pas de chances de reprendre la Crimée
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik